Abidjan, la peur d’un produit toxique vide le port

Des cache-nez sur le visage, un panneau estampillé « accès interdit » surplombé d’un ruban rouge blanc, voici le décor de la porte d’entrée principale du port autonome d’Abidjan ce jeudi comme constaté sur place par Politikafrique.info.

Une information faisait état de ce qu’un produit suspect, avec une forte odeur, a été découvert. Dans la rue en face de la direction générale du Port autonome d’Abidjan qui fait face au lieu de la découverte, tout est au ralenti. Il y a peu de passants. Au dessus de la clôture qui sépare les quais de cette direction, les portiques, naguère mobiles et bruyants, sont à l’arrêt.

Très tôt dans la matinée, les travailleurs ont été sommés de quitter les lieux. « Depuis ce matin, les responsables nous disent d’arrêter le travail et d’évacuer les quais. Il y a un produit bizarre sur le quai 6. L’odeur est si forte qu’il est impossible de travailler à proximité. Deux éléments du service de sécurité du Port qui sont restés trop exposés au produit sont tombés malades. Ils ont été admis dans un centre de santé », raconte un docker pressé de regagner son domicile.

« C’est depuis hier après-midi que cette odeur empeste ici. On ne pouvait pas respirer du tout », renchérit Jules, un gérant de cabine téléphonique installé près de l’entrée principale du port.

     
Selon un autre docker, le produit est contenu dans une barrique et déposé dans une poubelle. Mais, il est maintenant interdit d’accès. « Le produit est dans une barrique. Il est couvert d’un plastique et déposé dans une poubelle, recouverte de plastique sur le quai là bas. Actuellement il est impossible d’approcher. Ce matin, il y a des d’hommes en combinaison blanche qui sont venus pulvériser le produit. C’est pourquoi l’odeur est atténuée et qu’on ne le sent pas dehors ici. Ils ont ensuite délimité le lieu pour interdire tout accès », révèle-t-il.

A la direction générale du Port, rien ne filtre. Aucune communication n’est faite sur l’affaire. « Pour le moment, nous ne pouvons rien vous dire parce que nous n’avons pas encore d’éléments fiables sur cette affaire », fait savoir Traoré Clarisse la chargée de la relation avec la presse. Au poste des Douanes ivoiriennes, non loin du site de découverte, c’est silence radio.

Selon des informations non officielles, ce produit aurait été saisi il y a quelque temps par les services des Douanes ivoiriennes. Le propriétaire l’aurait abandonné parce qu’il ne pouvait pas s’acquitter du droit de dédouanement. Il a été par voie de conséquence vendu aux enchères. Mais, le nouveau propriétaire qui n’a pu l’écouler sur le marché serait revenu le remettre au Port.

Pour l’heure, aucun communiqué officiel n’est enregistré sur cette affaire du côté du ministère de l’Environnement et du Développement Durable.

Richard YASSEU 

 

Commentaires Facebook Politik Afrique

comments

EVALUEZ CET ARTICLE
User Rating
0/10

ARTICLES DE LA CATEGORIE

Quelque chose à dire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*