Accord avec les mutins- Le ministre Bruno Koné, «le gouvernement n’a jamais indiqué le moindre montant des soldes » 

Bruno koné, porte-parole du gouvernement ivoirien tient à ne pas communiquer sur le montant de l’accord avec les mutins. Au cours de la conférence de presse animée ce jour après le conseil des ministres, il n’a ni confirmé, ni infirmé les sommes relayées par la presse nationale et internationale.

« L’Etat de Côte d’Ivoire, le gouvernement n’a jamais indiqué le moindre montant des soldes. Nous laissons donc ceux qui veulent se livrer à des spéculations », a clarifié ce mercredi le ministre Bruno Koné relativement aux informations qui circulent sur des sommes qui seraient données aux militaires insurgés dans le cadre de l’accord trouvé avec ces derniers.

Selon le porte-parole du gouvernement qui animait la traditionnelle et hebdomadaire conférence de presse de fin de conseil des ministres, les questions militaires ne se traitent pas sur la place publique. « Dans tous les pays du monde, cela se passe de cette façon. Les questions militaires ne se règlent pas sur la place publique. Il s’agit de question militaire, le gouvernement a décidé de ne pas communiquer sur le contenu de l’accord avec les militaires », a-t-il coupé court.

Si le ministre Bruno Koné reconnaît que le soulèvement militaire a pesé sur l’économie ivoirienne, il rassure cependant que les événements n’ont pas d’impact sur les investissements. « Est ce que ce qui s’est passé aurait de l’intérêt à l’investissement réalisé en Côte d’Ivoire ? Ma position personnelle est non. Tout simplement parce qu’il n’y a jamais eu depuis janvier, de risque ou de menace par rapport aux institutions…. La destination Côte d’Ivoire demeure aussi attrayante qu’avant. L’économie ivoirienne est forte et elle saura passer les difficultés dans lesquelles nous sommes », soutient le ministre porte-parole du gouvernement.

L’Etat ivoirien a-t-il la capacité de faire face aux engagements financiers que nécessite la résolution de la mutinerie ? « Il s’agit de question militaire. Il s’agit de questions de sécurité et de paix. J’ai indiqué que dans les priorités que nous avions, la sécurité et la paix étaient parmi les plus hautes. De fait sur un budget de 6500 milliards FCFA, on s’est trouvé les moyens pour que notre pays ait la paix, que notre pays ait la sécurité », répond Bruno Koné.

Interrogé sur la cache d’armes découverte à Bouaké, le porte-parole du gouvernement a fait savoir que le sujet a fait l’objet de questionnement en  conseil des ministres, avant d’indiquer que « tous les services sont mis à contribution pour s’assurer qu’il n’y ait pas d’autres caches d’armes ». 

S’agissant des pertes causées par le soulèvement militaire, le ministre Bruno Koné a dressé un bilan de 4 morts et neuf blessés. Il a par ailleurs fait savoir que des consignes ont été données à tous les préfets afin d’établir par région un point précis des dégâts pour avoir une évaluation des pertes.

Richard Yasseu

Source : rédaction Politikafrique.info 

Commentaires Facebook Politik Afrique

comments

EVALUEZ CET ARTICLE
User Rating
0/10

ARTICLES DE LA CATEGORIE

Quelque chose à dire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*