Acquittement de Simone Gbagbo, Sa défense en concertation, partisans satisfaits, pouvoir, « pas de justice des vainqueurs »

Petit tour pour recueillir les avis suite à l’acquittement de Simone Ehivet Gbagbo, qui a pris tout le monde de court, y compris des avocats, par la Cour d’Assises du tribunal du plateau.

Au lendemain de l’acquittement de l’ex-Première Dame Simone Ehivet Gbagbo dans le procès pour crimes contre l’humanité et crime de guerre intenté par l’Etat de Côte d’Ivoire, plusieurs réactions ont été enregistrées par politikafrique.info. Celles-ci, laissent percevoir un sentiment de joie. Selon les intervenants, ce n’est pas seulement la non-culpabilité de Simone Gbagbo, mais aussi, une décision  qui fait preuve de l’impartialité de la Justice ivoirienne. Diabaté Bêh, secrétaire national  du FPI des sections Abobo et Anyama, tendance pro-Affi N’guessan estime que « le droit a été dit ».  « Pour moi, le droit a été dit. Et, je félicite la cour d’Assises pour cette lucidité, et maturité de nos magistrats et les jurés. C’est trop gros comme mensonge de dire que cette dame que je connais a commis des crimes contre l’humanité », soutient-il.

Koné Boubakar, porte-parole  du Fpi tendance Abou Drahmane Sangaré, abonde dans le même sens que son rival interne du Fpi. « Tous ceux qui suivent de près ce procès ont compris depuis longtemps  que les charges sont nulles, que le dossier est vide. Nous saluons  la compétence des magistrats ivoiriens qui ont fait leur travail. Mais, puisqu’il n’y a eu deux crises post-électorales en Côte d’Ivoire, il faut faire la jonction avec le dossier pour atteinte à la sûreté de l’Etat et qu’on en tire les conséquences politiques pour effacer les 20 ans de peine déjà proclamés. Car, c’est le même dossier  et, elle n’est coupable de rien», défend cet ancien ambassadeur ivoirien.  « En tant que juriste, je ne commente pas les décisions de justice » fait savoir pour sa part Dr Geoffroy-Julien Kouao qui estime que «  La justice est libre en Côte d’Ivoire, elle est indépendante. Et, notamment quand elle rend une décision allant dans le sens de l’une des parties, elle est approuvée par cette partie. C’est la justice qui est rendue. Nous devons apprendre à faire confiance à nos institutions particulièrement judiciaires qui participent énormément à la construction de notre démocratie. Et, cette décision le montre bien. On ne peut construire la démocratie qu’avec des démocrates. Et, chacun dans sa sphère de compétence devrait être nourri par les valeurs républicaines, démocratiques » invite-t-il ses concitoyens.

Quant aux avocats commis d’office à la défense de l’ex-première dame, c’est l’heure des concertations, informe Me Patrick Viera. «  Il faut que je contacte mes deux autres  collègues d’abord» indique-t-il à Politikafrique.info. Il s’agit de Me Claude Mentenon et Me Amany Kouamé. «  Attendez cet après-midi… » a-t-il suggéré.

Pour le parti au pouvoir, RDR, le Ministre Joël N’guessan, le porte-parole revient sur l’indépendance de la justice ivoirienne, « pas aux ordres » du pouvoir.

« C’est un acquittement qui prouve que la justice ivoirienne n’est pas aux ordres. C’est un acquittement qui prouve aussi que la justice des vainqueurs n’existe pas. Donc, on se réjouit que la justice ivoirienne trouve son indépendance. Et que les jurés ont pris la décision en bonne conscience » apprécie l’ex-ministre des Droits de l’Homme.

Cet acquittement saurait-elle avoir un lien avec la réconciliation nationale, «  pas d’amalgame » répond-il.

« Cela n’à rien avoir avec la réconciliation nationale. Il ne faut pas mélanger les choses. Les ivoiriens sont réconciliés et les procédures suivent leurs cours.  Elles ne vont  jamais s’arrêter. Elles vont continuer, il n’y aura pas d’impunité, pas d’amalgame», insiste-t-il.

Moïse ACHIRO.
Source :Politikafrique.info

Commentaires Facebook Politik Afrique

comments

EVALUEZ CET ARTICLE
User Rating
0/10

ARTICLES DE LA CATEGORIE

Quelque chose à dire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*