Audience de Bédié- Même en exil, Compaoré toujours médiateur

L’ex-président burkinabè est une fois de plus sollicité en tant que Médiateur dans la guerre de succession à Alassane Ouattara. Cette fois, Henri Konan Bédié est de la partie.

Les anciens présidents ivoirien et burkinabé, Henri Konan Bédié et Blaise Compaoré, se sont rencontrés ce matin à 10 heures à Cocody Abidjan à la résidence de l’ex-chef de l’Etat ivoirien. L’entretien a duré une demi-heure mais rien n’a filtré. La discussion s’est tenue à huis clos.
Quelques minutes avant la fin du rendez-vous, le service de relations presse du Président Bédié indique qu’aucune déclaration ne sera faite à l’issue de l’audience.

«C’est une visite privée. Le Président Compaoré ne fera pas de déclaration. Il est en exil et ne peut s’exprimer en raison de son obligation de réserve. C’est la décision des deux présidents, donc, le Président Bédié, lui aussi ne parlera pas » indique le service presse d’Henri Konan Bédié.

Exilé en Côte d’Ivoire après son éviction forcée du pouvoir en octobre 2014, suite à un mouvement populaire de contestation de la réforme de l’article 37 de la Constitution burkinabè, Blaise Compaoré, ex-Médiateur dans la crise ivoirienne et parrain des ex-FN (ex-rébellion du nord de 2002 à 2010) a eu là sa première rencontre officielle avec l’ex-Président Henri Konan Bédié.

De quoi les deux hommes ont-ils bien pu parler ? Le black out n’est pas complet. Des proches des deux hommes laissent filtrer certaines intentions.
 » C’est de la haute politique maintenant, l’environnement politique de 2010 à 2015 a changé, la CEI a changé et les esprits ont évolué. Le PAN est dans un état d’esprit tel qu’il maintient sa probable candidature en 2020 quelles que soient les manœuvres. Face à cette problématique, il fallait avoir recours au parrain, à qui, les deux vieux (Bédié et Ouattara, Ndlr) le savent, le petit ne peut rien refuser » fait savoir un proche de Guillaume Soro et de Compaoré, qui s’est prononcé sur la question de cette audience insolite pour Politikafrique.info.

Or, il se susurre au PDCI que l’ancien Président ivoirien entendrait bien achever son parcours au palais présidentiel, écourté par le putsch du 24 décembre 1999, mené par « les jeunes gens » du Général Robert Guéï, lequel coup d’Etat n’a jamais été digéré par le Sphinx de Daoukro. La suppression du plafond d’âge de l’article 55 aurait alors un objectif précis.

Pour les partisans de Guillaume Soro, député de Ferké, l’avenir politique de leur « leader générationnel »  passe par les élections présidentielles de 2020 et  est vu comme une sérieuse menace par les doyens de la scène politique ivoirienne, Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié.

Ils ont choisi de lui faire baisser la garde en passant par son parrain, celui-là même qui lui a dicté la victorieuse démarche face à Laurent Gbagbo. Que décidera Dieu sur ce chemin encombré d’incertitudes ? Wait and see.

Moïse ACHIRO et Adam’s Régis SOUAGA.

Commentaires Facebook Politik Afrique

comments

EVALUEZ CET ARTICLE
User Rating
0/10

ARTICLES DE LA CATEGORIE

Quelque chose à dire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*