Bonne gouvernance- La déclaration de patrimoine, insuffisante comme mission / Adam’s Régis SOUAGA

Le président de la Haute Autorité pour la Bonne Gouvernance était ce mercredi 3 mai devant la représentation nationale, le parlement, pour sensibiliser et inviter les députés à déclarer leurs patrimoines conformément au Décret 2014-219 du 16 avril 2014 portant modalité de déclaration du patrimoine.

« Vous devez sans condition déclarez vos biens » a ordonné Seydou Elimane Diarra, ancien Premier Ministre, que l’on sait très respecté par Alassane Ouattara. N’aurait-il pas fallu si tant est que le président de la HABG pouvait ainsi taper du poing sur la table, aller au-delà de la simple déclaration de patrimoines ? D’aucuns diraient que l’on attend le côté sensationnel de la lutte contre la mauvaise gouvernance.

Eh oui, sous nos cieux, les facilités et autres largesses auxquelles se livrent ceux qui ont en charge la gestion des deniers publics devrait conduire Seydou Diarra, homme de dialogue et de conciliation, à sortir ses tripes plus souvent.  La HABG entreprend depuis quelque temps, des campagnes de sensibilisation contre la corruption dans les régions du pays. Pour quelle portée ? Les 10% décriés par les fournisseurs de l’administration ont-ils pris fin ? Qui sont les bénéficiaires de ces actes de concussion ? Dans les régies financières, des ministères où circulent du flux financier, dans les forêts, à la douane, aux Impôts, au Trésor public, dans les mairies, au ministère de la Construction, de l’Assainissement, de l’Urbanisme et du Logement, dans les commissariats de police, à la justice, c’est à qui paiera le plus pour enfreindre la loi.

La HABG ne devrait-elle pas rendre compte devant le parlement au-delà de la traque de déclaration des biens des députés ? Qui mieux que ces élus qui sont aussi l’émanation du grand et servile peuple dont on se soucie du bien-être sans lui rendre compte ? Il est temps que sur la route de l’émergence à l’horizon 2020, les actes de corruption soient dénoncés afin que nul ne soit à l’abri. Et les auteurs mis au frais dans les maisons de correction. La peur doit changer de camp, s’incruster dans la conscience collective et titiller les méninges des corrompus et corrupteurs achevés, adeptes des facilités.

La HABG dont les membres ne devraient pas être confinés dans les bureaux mais être dans les circuits de commercialisation des produits d’exportation, de concours devraient être la police de la gestion du denier public. Au Cameroun, l’opération « Epervier » a pris un envol percutant, à Dakar, sans état d’âme, Macky Sall a permis à certains de ses troubadours d’humer l’air de la prison. En Côte d’Ivoire, on fait parce qu’on nous demande de faire aussi. Pas plus. Intention criée mais jamais appliquée avec force. Une Haute Autorité pour la Bonne Gouvernance, ça ne se limite pas à la déclaration du patrimoine, c’est bien plus et surtout avec de la vigueur !

Adam’s Régis SOUAGA
Source : Rédaction Politikafrique.info

Commentaires Facebook Politik Afrique

comments

EVALUEZ CET ARTICLE
User Rating
0/10

ARTICLES DE LA CATEGORIE

Quelque chose à dire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*