Après la mutinerie, Anges Kessy: « Tout militaire avec une arme de guerre, une amende et 10 à 20 ans de prison »

A  l’occasion  de  la  mutinerie  survenue  du  12  au  16  mai  2017,  des militaires  ont  emporté  des    armes  de  guerre  qui  étaient  entreposées dans  une  villa  appartenant  à  monsieur  Kamaraté  Souleymane  et  servant de  lieu  d’habitation  à  la  mère  de  celui-ci.

Le  Commissaire  du  Gouvernement  rappelle  que  la  détention  ou l’entreposage  d’armes  de  première  catégorie  sont  constitutifs d’infractions  pénales  prévues  et  punies  par  les  articles  3,    5,  13  et  14  de la  loi  n°98-749 du  23  décembre  1998 portant  répression  des  infractions  à la  réglementation  sur  certaines  munitions  et  substances  explosives  et  le décret  n°99-183  du  24  février  1999  portant  réglementation  des  armes  et munitions.

Tout  militaire  appréhendé  en  possession  de    telles  armes  ne  constituant pas  sa  dotation  légale  sera  radié  des  effectifs  sans  préjudice  des   sanctions  pénales  encourues  allant  d’une    peine  d’emprisonnement  de 10  à  20  ans  et  d’une  amende  de  5  000  000  à  10  000  000  de  francs. Le  Commissaire  du  Gouvernement  invite  en  conséquence  tous  les militaires  détenant  des  armes  qui  ne  sont  pas  leur  dotation  à  les  déposer auprès  des  commandants  de  régions  militaires  d’Abidjan,  Bouaké, Daloa,  et  Korhogo  avant  le  mercredi  31  mai  2017,  délai  de  rigueur.

Fait  à  Abidjan  le  23  mai  2017

Le  Commissaire  du  Gouvernement 

Commentaires Facebook Politik Afrique

comments

EVALUEZ CET ARTICLE
User Rating
0/10
  • tags

ARTICLES DE LA CATEGORIE

Quelque chose à dire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*