Contestation militaire- Après 48h de stress, retour à la normale en Côte d’Ivoire, Ouattra démontre son leadership

Le retour à la normale est avéré sur l’ensemble du pays, a appris  Politikafrique.info ce dimanche matin.
« Le marché a rouvert » soutient une source jointe à Man (582 Km à l’Ouest) à Politikafrique.info qui apprend par ailleurs qu’à Bouaké, les mutins ont débuté la rétrocession des véhicules administratifs et privés à leurs propriétaires.
Des policiers et gendarmes rencontrés se disent « déçus  de ce que l’armée est devenue.  Ils dénoncent le traitement que leurs font subir leurs frères d’arme chaque fois qu’ils ont des griefs avec le sommet » fait savoir notre source.
Les corridors de Man ont rouvert depuis hier vers 18h, favorisant l’entrée en ville des cars et autres véhicules de transport en commun. Ce matin, le trafic a repris comme si de rien n’était.
Philomène Glao, la patronne de la compagnie de transport « maindeba » Transport, est sur pieds pour suivre les cars en partance pour Abidjan. Elle invite les soldats à privilégier le dialogue car ce sont les impôts qui permettent la prise en compte de leurs doléances financières.
« Je demande pardon à tous nos enfants militaires qui ont manifesté bruyamment hier. Je sais bien qu’ils sont dans leur droit. Prochainement qu’ils prennent des délégations pour rencontrer notre père à tous, le chef de l’Etat, pour ne pas créer de préjudices à nous, les pauvres opérateurs. Chaque fois qu’il y a des troubles c’est nous qui en pâtissons. Je leur demande pardon d’avoir pitié de nous car ce sont les impôts que les uns et les autres paient qui permettent à l’Etat de venir à bout de toutes ses dépenses » plaide-t-elle.
La ménagère Troh Yvette soutient que « Nous avons souffert des différentes crises que notre pays a connues. S’il faut que si chaque fois que quelqu’un n’est pas content, il prend des fusils, nous n’allons jamais connaitre la stabilité. Je prie le chef de l’Etat de gérer ce problème pour que nous connaissions la quiétude afin de vaquer à nos occupations. Le samedi 7 janvier 2017 nous avons laissé nos marchandises et tout pour fuir tant les armes crépitaient. Que cela cesse pour le bonheur de nos enfants et de toute la Côte d’Ivoire » a-t-elle indiqué depuis Man à Politikafrique.info.
Balla Gueye ressortissant sénégalais et commerçant est heureux du dénouement de cette crise.
« Je suis très content ce matin de savoir que les manifestations d’hier ont pris fin. Quand il y a trouble dans un pays, ce n’est pas bon. Je prie pour que la Côte d’Ivoire connaisse la paix et la stabilité afin que nous qui avons quitté nos parents pour venir nous chercher ici puissions avoir de quoi à manger et contribuer aussi à la reconstruction de ce pays » invite-t-il.
A Bouaké, le cours de la vie a repris. Traoré Ali, qui fait du moto-taxi à la zone confie à Politikafrique.info que « les taxis ont repris à travailler, les cars aussi et nous aussi. Les marchés ont rouvert » assure-t-il à Politikafrique.info.
Le sous-préfet de Diabo (20 Km de Bouaké, Ouest) qui a assisté impuissant à la prise de son véhicule de marque Terracan, a confirmé à Politikafrique.info, le retour ce dimanche matin du véhicule.
Après des heures de négociations, Alain-Richard Donwahi a pu obtenir un accord de fin de mutinerie avec les mutins qui ont regagné les casernes suite à l’appel du Président Alassane Ouattara.

Le consulat de France qui avait émis un avis de restriction de déplacement pour les ressortissants français l’a levé avec « le retour à la normale. Levée des consignes de limitation de déplacements ».

Les soldats réclamaient le paiement de primes et une amélioration des conditions de vie et de travail. Toute chose à laquelle le Président Ouattara a accédé. En privilégiant le dialogue à l’épée, Alassane Ouattara s’est placé dans les pas de son illustre prédécesseur, Félix Houphouët-Boigny pour gouverner le pays.

Adam’s Régis SOUAGA
Source : Rédaction Politikafrique.info

Commentaires Facebook Politik Afrique

comments

EVALUEZ CET ARTICLE
User Rating
0/10
  • tags

ARTICLES DE LA CATEGORIE

Quelque chose à dire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*