Côte d’Ivoire – ‘’L’alliance du 3 avril’’ comme ‘’En marche’’ en France ?

Des similitudes ? Rien n’est moins sûr et on ne saurait le dire. Entre les mouvements ‘’ En marche’’, créé en France par le président Emmanuel Macron et qui l’a porté à la tête du pays et ‘’ L’alliance du 3 avril’’ initié par des députés ivoiriens se reconnaissant dans la vision de Guillaume Soro le président de l’Assemblée nationale, la question se pose.

Seulement Guillaume Soro autour de qui cette ronde se fait, est lui, toujours dans la coalition au pouvoir et ne se décide pas à franchir le rubicond en dépit des coups qui lui sont assénés.

De l’avis des observateurs, la création de ‘’ L’alliance du 3 avril’’ s’inscrit dans la même logique de conquête du pouvoir d’Etat que l’initiative du Président Macron en France avec ‘’ En marche’’. Dr Eddie Guipié, politologue et enseignant-chercheur à l’université Péléforo Gon de Korhogo (nord du la Côte d’Ivoire), estime qu’ « Il y a des similitudes ». « J’aimerais ne pas faire de parallèle parce que Soro Guillaume fait de la politique depuis longtemps. Il a commencé par l’activité syndicale depuis les années 1990 avant d’assumer la paternité de la rébellion et par la suite devenir ministre d’Etat de la République puis Premier Ministre. Au même moment, Emmanuel Macron n’avait pas encore mis les pieds en politique. Il serait un peu mal à l’aise de faire la comparaison entre eux. Toutefois, il y a des similitudes qu’on peut relever entre le mouvement ‘’En marche’’ né en avril 2016 et cette alliance dite du 3 avril », analyse-t-il pour Politikafrique.info qui l’a joint.

Selon lui, tout comme le mouvement lancé en France il y a plus d’un an par Emmanuel Macron, ‘’ L’alliance du 3 avril’’ est un mouvement politique qui même si on n’y accorde pas grand intérêt dans l’immédiat, finira par compter sur l’échiquier politique national.

Les initiateurs de ‘’ L’alliance du 3 avril’’ eux, rassurent. Leurs intentions est de promouvoir l’appel à la réconciliation et à la paix lancé le 3 avril 2017 à l’hémicycle par Guillaume Soro le président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, indique-t-on. « L’alliance du 3 avril est un nom assez significatif et assez évocateur dans la mesure où notre objectif est de booster le discours du 3 avril du président Guillaume Soro au niveau de l’Hémicycle, qui appelle à tourner la page de la crise politique qu’a traversée la Côte d’Ivoire depuis 2002 ponctuée par la crise postélectorale de 2010-2011 », précise à Politikafrique.info Kouadio Didier le responsable communication du député Abel Djohoré, secrétaire exécutif de ‘’L’alliance du 3 avril’’.

Et d’ajouter : « Nous estimons que la crise a assez duré. Et qu’à cause de cette page sombre de la Côte d’Ivoire, nous avons des difficultés sur le plan international et sur le plan national. Nous avons des difficultés pour parler le même langage. Toute chose qui plombe plus ou moins le développement économique de notre pays. C’est donc une manière pour nous de faire la pression sur le pouvoir politique, l’opposition et un certain nombre de partenaires au développement de la Côte d’Ivoire pour que nous puissions tourner la page de la crise avant 2020 en tout cas ».

Le vendredi 9 juin, est né ‘’ L’alliance du 3 avril’’ à l’initiative du député-maire de Fresco, le ministre Alain Lobognon un proche de Guillaume Soro, le chef du parlement ivoirien. Avec une trentaine de ses collègues députés comme le révèlent les initiateurs, l’ex-ministre des Sports, du Service Civique et des Loisirs ambitionne vulgariser le message du président des parlementaires ivoiriens. C’est un mouvement dont la naissance fait curieusement penser à celle de ‘’En marche’’ en France lancé peu avant l’élection présidentiel par le président Emmanuel Macron. Lequel mouvement a par la suite pris de l’ampleur pour s’implanter dans le cœur des français avant porter son initiateur à la magistrature suprême de son pays. ‘’ L’alliance du 3 avril’’ pourrait-il à la longue se muer en parti politique et devenir le mouvement qui portera Guillaume Soro dans le fauteuil présidentiel?

Ce n’est pas la priorité, réagit Kouadio Didier qui rassure que ce mouvement n’est pas sur les traces du président français avec son mouvement ‘’En marche’’. « Pour le moment nous ne parlons pas d’échéance de 2020 dans l’alliance. Pour le moment, nous disons qu’il faut tourner la page de la crise postélectorale. Quand nous aurons fini de tourner cette page, les autres choses vont venir. Il ne faut pas focaliser tout au niveau des élections de 2020. Nous ne sommes pas en train de refaire le parcours d’Emmanuel Macron. Nous sommes en train de faire un autre parcours pour la Côte d’Ivoire. Nous avons décidé de valoriser le discours de Guillaume Soro parce que la plupart des membres de l’alliance sont des députés. Et c’est tout à fait normal que des députés répercutent le message de leur président au niveau du peuple », fait-il savoir.

Le politologue Dr Eddie Guipié lui croit le contraire. Pis, il craint qu’avec la mutation probable, les responsables de ce mouvement ne se mettent à dos les partis politiques déjà existants. « En politique, c’est la langue de bois qui est au-devant de tout. Il est très facile de présumer ou de deviner les intentions d’un politicien, mais tant qu’il n’a pas encore confirmé lui-même, on ne peut s’en prévaloir. Je pense toute de même que c’est quelque chose qui va finir par se faire.  Dans un an ou un an et demi, le temps pour lui d’avoir une vraie assise et de recruter au-delà même des parlementaires de cadres », analyse pour Politikafrique.info Dr Eddie Guipié.

Richard Yasseu

Source : rédaction Politikafrique.info

Commentaires Facebook Politik Afrique

comments

EVALUEZ CET ARTICLE
User Rating
0/10

ARTICLES DE LA CATEGORIE

Quelque chose à dire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*