CPI-Poutine, la fuite, mieux pour protéger l’armée

Coup dur pour la Cour Pénale Internationale (CPI). Après le Burundi, l’Afrique du Sud et la Gambie, la Russie a annoncé ce mercredi 16 novembre, jour d’ouverture de la 15 ème session de l’Assemblée des Etats membres du statut de Rome à la Haye, au Pays-Bas, son retrait de la juridiction internationale.

Moscou reproche à l’institution son manque d’indépendance.
La décision du retrait  de la  CPI du Président russe, Vladimir Poutine intervient à la suite de la publication le 14 novembre dernier du rapport du procureur de la CPI, Fatou Bensouda. Ce rapport porte, entre autres sur la crise en Ukraine et en Crimée où la Russie est accusée de crime de guerre.

« Ce conflit armé international a débuté au plus tard le 26 février (2014), lorsque la Fédération de Russie a (poussé) les membres de leurs forces armées pour obtenir le contrôle de parties du territoire de l’Ukraine, sans le consentement du gouvernement de l’Ukraine », indique le rapport du Bureau du Procureur de la CPI.

Pour Palé Dimaté, spécialiste ivoirien  des questions internationales, joint par politikafrique.info, cette défection de la Russie de la CPI est stratégique. « La Russie est impliquée dans les conflits en Ukraine et Crimée. Alors, pour éviter que les responsables soient visés par la CPI, ils ont décidé de se retirer », justifie notre analyste.
Cependant, le spécialiste ajoute que la Russie n’a pas ratifié le traité de Rome. Il estime qu’il ne s’agit pas d’un retrait en tant que tel.

C’est en 2000 que le Kremlin a signé le statut de Rome, fondateur de la CPI, sans jamais le ratifier. Cependant, la Russie n’est pas le seul Etat dans ce cas. 31 autres pays, tels que les Etats-Unis, la Chine et Israël sont aussi concernés.

L’Union Africaine (UA) a, le 31 janvier 2016, lors de son 26ème sommet à Addis-Abeba, la capitale éthiopienne, adopté une proposition de retrait collectif des Etats membres  de la CPI.

Les africains accusent la juridiction internationale de partialité et de persécutions envers leurs dirigeants. Sur les 10 enquêtes traitées jusque là par la CPI, neufs incriminent les dirigeants africains pas toujours exempts de reproches dans les processus électoraux.

L’ex- Président de la Côte d’Ivoire, Laurent Gbagbo, actuellement à la Haye, est jugé par la CPI pour les crimes de la crise post-électorale de 2010 dans son pays. Cette crise post-électorale, qui a occasionné officiellement 3000 morts, est née de sa volonté de ne pas céder le fauteuil présidentiel suite à sa défaite reconnue par la communauté internationale devant Alassane Ouattara, le 28 novembre 2010, au deuxième tour de la présidentielle.

Organe judiciaire, la CPI est chargée de juger au nom de toute la communauté internationale, les personnes coupables des crimes les plus graves : génocides, crimes contre l’humanité et crimes de guerre.

Le statut de Rome, fondateur de la CPI, a  été adopté le 17 juillet 1998 à la conférence de plénipotentiaires des Nations Unies à Rome et mis en vigueur le 1 er juillet 2002.

Après le retrait de la  Russie, à qui le tour ?

Gnoungo Fanta
Source : politikafrique.info

Commentaires Facebook Politik Afrique

comments

EVALUEZ CET ARTICLE
User Rating
0/10

ARTICLES DE LA CATEGORIE

Quelque chose à dire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*