Forces de sécurité, gouvernement- Ouattara veut aller vite face aux besoins cruciaux des ivoiriens

Le Président Alassane Ouattara veut aller vite ; très vite même. Depuis le lundi 9 janvier, il s’est enfermé dans son bureau au palais présidentiel pour opérer des choix qu’imposait la situation politique du moment. Ce faisant, Alassane Ouattara répond favorablement aux cris de renouveau du peuple ivoirien avec un peu de sang nouveau.
Certes quelques visages sont habitués depuis des années aux couloirs du bureau du conseil des ministres mais, la plupart de ceux qui, depuis les Accords politiques de Linas Marcoussis ont élu domicile au gouvernement, ont été remerciés.

Pour la majorité , ils ont été élus le 18 décembre dernier, députés de leurs localités respectives.
C’est quasiment au pas de course que le Président Alassane Ouattara a décidé d’installer les institutions de la IIIè République. Surpris comme tous les ivoiriens de la déflagration tonitruante en provenance de Bouaké d’où les soldats ont fait tonné les fusils avant un embrasement général, il n’a pas tardé à prendre des dispositions énergiques. Les têtes des Généraux de Corps d’Armée, Soumaïla Bakayoko, Gervais Kouassi et l’Inspecteur général de police Brindou M’bia sont passées sous la guillotine.

En remplacement, les troupes bénéficient du commandement du Général Sékou Touré pour les FACI, Nicolas Kouakou pour la gendarmerie et Kouyaté Youssouf pour la police. Dans la foulée, le mardi 10 janvier, Alassane Ouattara a nommé et présenté aux députés, Daniel Kablan Duncan, ex-Premier Ministre, son ancien ministre des Affaires Etrangères de sortie de crise, comme le premier Vice-Président de la IIIè République. Le même jour, il confirmait ce que la rumeur publique avait lancé comme « son » de fin d’année, le départ à la maison blanche du Plateau (Primature) d’Amadou Gon Coulibaly, député-maire de Korhogo, fidèle parmi les fidèles depuis avril 1989, au Comité Interministériel.

Il est évident que face à la grogne militaire dont les pourparlers se poursuivent ce vendredi 13 janvier à Bouaké et la grève de cinq jours des syndicats des fonctionnaires, Alassane Ouattara n’entend pas laisser le fossé du dialogue se creuser. D’ailleurs, le gouvernement se retrouve à 16h ce jour pour le premier conseil des ministres. Le travail n’attend pas !

Adam’s Régis SOUAGA
Source : Rédaction Politikafrique.info

Commentaires Facebook Politik Afrique

comments

EVALUEZ CET ARTICLE
User Rating
0/10

ARTICLES DE LA CATEGORIE

Quelque chose à dire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*