Gon Coulibaly, premier ministre ivoirien : « il n’est pas exact de dire que la croissance n’est pas partagée »

C’est sa première sortie solennelle sur la télévision publique ivoirienne dans ses habits de Premier ministre, 100 jours après sa nomination. Interrogé par trois  journalistes  de médias publics, Amadou Gon Coulibaly a répondu, à l’aise, aux questions. Le volet économique et social de sa gouvernance a dominé les échanges.

 Interviewé sur la RTI1 à l’occasion de ses 100 premiers jours à la tête du gouvernement ivoirien,  Amadou Gon Coulibaly s’est appesanti sur la gouvernance économique et sociale. « Il n’est pas exact de dire que la croissance n’est pas partagée. Elle a permis d’avoir des marges budgétaires », précise le chef du gouvernement dans l’émission diffusée en différé. Selon ses explications, c’est cette marge budgétaire qui favorise les investissements dans les secteurs sociaux de base, le déblocage des salaires et la création d’emploi. La croissance aura permis « d’avoir accès à l’eau potable, à l’électricité, la construction de milliers de classes, la réhabilitation de  la pharmacie de la santé publique, les hôpitaux, etc., débloquer le salaire des fonctionnaires  ce qui fait une augmentation du salaire moyen de 37%, économie cacaoyère ou l’anacarde est acheté à 700 F CFA, l’emploi créé par l’activité économique, c’est la croissance. Mais je veux bien croire que des efforts restent à faire », concède-t-il.

L’émergence en 2020 est-elle possible ? Amadou Gon estime qu’à trois ans de 2020, les Ivoiriens sont en droit d’espérer l’émergence. « L’émergence est un processus. Pendant le premier mandat, nous avons travaillé au plan économique par la mise en place d’infrastructures de qualité. Nous avons amélioré l’environnement structurel des affaires », précise-t-il. Le député-maire de Korhogo annonce que la seconde phase, en cours, concerne   la transformation structurelle de l’économie. Selon ses dires, au niveau de l’anacarde, un vaste programme est en cours de préparation pour passer  de 7% de transformation à 50% en 2020.

L’arrivée d’Amadou Gon Coulibaly à la tête du gouvernement coïncide avec la crise des mutineries de janvier et février. Il  regrette les conditions de revendications des militaires. « On peut exprimer ses revendications. Il n’est pas normal que cela inquiète les populations ». Le Premier ministre indique que le processus de règlement est en cours concernant les militaires. « L’objectif est de faire en sorte de trouver une solution qui puisse garantir la paix et construire une armée unique et républicaine au service de la nation », indique-t-il.

Pour ce qui est de l’actualité de l’agro-business et de la fronde des fonctionnaires, le chef du gouvernement soutient que des actions sont en cours. « 48 mille personnes sont concernées. Sur 100 milliards de capital à rembourser, seulement 24 milliards de F CFA sont disponibles. L’Etat se donne le devoir de tout faire pour retrouver les fonds afin que les personnes qui ont souscrit soient remboursées », dixit Gon Coulibaly.

Le Premier ministre ivoirien reconnait des dysfonctionnements au sujet du programme des logements sociaux. Il annonce une relecture du projet tenant compte des contingences liées au foncier, l’adduction en eau et en électricité.

Sur les réseaux sociaux, les internautes ont réagi différemment pendant la diffusion de l’émission. Les uns s’appesantissent  sur  la forme,  pendant que les autres  décryptent le fond des échanges.

Nesmon De Laure

Source: Politikafrique.info

Commentaires Facebook Politik Afrique

comments

EVALUEZ CET ARTICLE
User Rating
0/10

ARTICLES DE LA CATEGORIE

Quelque chose à dire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*