Gouvernement Gon Coulibaly-100 jours de fonctions, des ivoiriens font un bilan

Le 15 avril 2017, cela fait 105 jours que le Premier Ministre de Côte d’Ivoire Gon Coulibaly est entré en fonction. C’était un 11 janvier 2017. Les ivoiriens aboutissaient à la III ème République avec mitiges, eu égard aux successives mutineries et grèves de syndicats de la fonction publique. Pour l’heure, ces cas sont partiellement résolus.  Mais beaucoup  reste à faire. Les acteurs de la vie sociale et politique jugent les 100 jours du gouvernement Gon Coulibaly.

Le Professeur Dogbo Pierre est le Vice-Président du Fpi dirigé par Affi Nguessan. Il est chargé des affaires juridiques, institutionnelles et de la diplomatie.

Pour lui,  «  Les 100 jours  du nouveau premier ministre Amadou Gon Coulibaly, peuvent-être qualifiés de non-événement. On n’a pas senti à son arrivée, une dynamique dans la politique gouvernementale. Dans une société démocratique capitalistique, la bourse aurait chutée parce que Kablan Duncan avait marqué de son emprunte la primature. Et, l’arrivée d’Amadou Coulibaly n’a pas donné une impulsion, c’est un changement dans la continuité, mais en moins. D’ailleurs, sa manière de gérer les crises qu’il y a eu dès qu’il est arrivé, ont montré que finalement, il n y avait pas cette volonté de dialogue avec les partenaires sociaux, avec le monde économique… un changement en deçà des faits de Kablan Duncan », constate le professeur.

Un avis que ne partage pas Soumahoro Ben Fali, président de la Fédération ivoirienne des consommateurs  » Le réveil  ». Ce dernier estime que c’est vraiment tôt de se prononcer.  » Je sais qu’il y’ a des volontés de changements, de rompre avec certaines pratiques. Mais, nous voulons que ces intentions deviennent réalités à tous les niveaux. Il faut toucher la réalité  du doigt. Je constate, qu’il y a une volonté du Gouvernement Amadou Gon de rompre avec certaines pratiques. L’heure est à la réalisation et la mise en œuvre du séminaire sur les priorités 2017-2020. Nous jugerons le gouvernement sur les faits, pas sur les promesses », soutient ce président des consommateurs.

Dr Adou est enseignant de la Géographie politique. Il voit en ces 100 jours, une continuité de l’action de M. Ouattara.  » M. Gon Coulibaly. Est-ce qu’il y’a de l’originalité, je n’en vois aucune. Or, les citoyens ivoiriens ont assez de besoins. Si, il y’a développement économique, il me semble bien de mettre aussi l’accent sur le développement social. Et là, pas de visibilité. Il faut renforcer la cohésion nationale, la réconciliation nationale et la vraie justice, ce qui n’est pas totalement de sa faute.Mais j’estime que M. Gon Coulibaly devrait prendre les galons et créer sa propre marque, les ivoiriens ont l’impression qu’ils sont étrangers dans leur propre pays », estime Dr Adou.

Pour Dr Yao Prao Séraphin, économiste, « Le Premier Ministre Gon depuis qu’il est là, rien ne va. Vous le voyez. Oui, il arrive au moment où la Côte d’Ivoire a des difficultés au niveau de la filière cacao, la Côte d’Ivoire perd au niveau de son financement publique environ 200 milliards de Fcfa ; les paysans, les fonctionnaires ne sont pas contents. Tous ces événements sont des aléas politiques qui ne sont pas de son fait. Nous attendons qu’il soit beaucoup plus offensif contre les problèmes et touche le cœur de l’Ivoirien. Les ivoiriens souffrent et veulent avoir de bonnes nouvelles», indique l’économiste.

Dr Adjoumani Kouamé Pierre , président de la  Ligue ivoirienne des droits de l’Homme relativise: «  Sa nomination est arrivée dans un contexte socio-politique très difficile. Il y avait déjà des grèves. Au fil du temps, les choses sont rentrées dans l’ordre. Et, nous voyons aux plan travail et orientations qu’il il est en train de mettre sa touche de premier ministre Gon. Il y a eu un séminaire pour recadrer les ministères et élaborer les plans 2017-2020. Il faut donc que les ministères accentuent leur redevabilité de sorte à mieux nous outiller pour juger le gouvernement », déclare le défenseur des droits humains.

Le juriste et analyste politique Geoffroy Kouao vient de publier son œuvre intitulée »Et si la Côte d’Ivoire refusait la démocratie ? » Pour lui,  « On ne peut pas imputer une action au Premier Ministre, vu le fait que le Premier Ministre n’a pas de pouvoir propre à lui et qu’il répond directement du Président de la République. Parler des actions du Premier Ministre renvoi à parler  des actions du Président de la République. Dans ce livre, je dis que le premier ministre ivoirien est un prince nul, pas inscrit dans notre constitution ».

Pour le professeur en sociologie Issiaka Koné « Les 100 jours du Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly se sont déroulés sous de bonnes auspices. Il faut noter 5 points. Le cadre de concertation de négociations avec les syndicats Fonction publique. La négociation discrète du Premier Ministre pour éviter la contagion des mutineries à d’autres corps de l’armée, qu’il a pu circonscrire et calmer à l’aide d’un échéancier. L’action sur la dette de l’Etat que le Premier Ministre à commencer à régler de façon réelle à l’aide d’une plateforme. Dans l’enseignement supérieur, la formalisation du recensement véritable des étudiants ivoiriens, permettant au pays d’adopter une économie d’échelle. Et, les Affaires Etrangères orientées vers une diplomatie inclusive. Comme l’intégration du Maroc à l’UA et les préparatifs à l’accès du  Maroc dans la CEDEAO », a énuméré le professeur Issiaka Koné.

En définitive, les avis sont partagés et doivent mériter la considération de chacun des ministres Gon Coulibaly, vers qui les espoirs ivoiriens sont rivés.

Moïse ACHIRO.

Source:Politikafrique.info

Commentaires Facebook Politik Afrique

comments

EVALUEZ CET ARTICLE
User Rating
0/10

ARTICLES DE LA CATEGORIE

Quelque chose à dire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*