Grève- Ecoles fermées, hôpitaux à minima, les fonctionnaires exigent argent et bonne retraite

Après les militaires, les fonctionnaires ont choisi de débrayer pour cinq jours.

Groupe scolaire Epp Lagune et Bad 2 à Yopougon Niangon sud à gauche. Il est 8 heures. Ce sont les cris des écoliers qui attirent l’attention des passants à proximité de cet établissement scolaire. En très grand nombre inhabituel sur la route qui passe devant l’école, ils jouent pour certains, cherchent à retourner à la maison pour d’autres, comme constaté sur place par Politikafrique.info.

Ce lundi matin leur école est fermée. « Le gardien était là à l’ instant. Il a fermé l’école à clé, puis il est parti. J’attends encore quelques temps avec mes amis. S’il n’y a toujours pas école, je rentre » déclare, pressé un écolier de rejoindre ses camarades de classe.

Aucune présence d’enseignants visible. Tous sont absents. Au travers des peirciennes du grand portail en fer, l’on constate que toutes les salles de classe sont fermées.

Dans les environs de la Mairie de Cocody, à l’Epp Cocody Sud et au Groupe scolaire Château d’Eau les classes et les cours restent vide. Les élèves qui viennent constatent  que les instituteurs sont absents.

La directrice des classes primaires A est assise seule devant son bureau et fait savoir à Politikafrique.info qu’il « faut que nos revendications soient bien entendues aussi. Et que des solutions efficaces soient rapidement trouvées pour changer la situation, surtout la retraite des fonctionnaires de la Côte D’Ivoire », dit-elle. Celle de l’école Château d’Eau arrivée dit se rendre à l’inspection. « Il ne faut pas attendre son retour » dit un parent d’élève qui retourne à la maison avec son fils. Il estime que  » La grève est pour le moins juste, surtout pour la question de la retraite. Sans pistolet, ils se feront entendre » soutient-il.

Au Groupe scolaire Château d’Eau, une institutrice arrive avec sa fille en tenue d’école. Il est 8h.  Elle enseigne la classe du CE1.  » La directrice  par téléphone a demandé de l’attendre. Mais s’il n’y a pas d’élèves, on ne peut pas enseigner » regrette-elle.

Aussitôt, elle reçoit un autre appel téléphonique. Une collègue voudrait savoir si  la grève est effective. La réponse est claire.  » Cette fois, les élèves ne sont pas  présents, leurs parents sont aussi des fonctionnaires. Il faut comprendre » fait-elle savoir à son interlocutrice.

 » Il faut une solutions aux problèmes des fonctionnaires » souhaite-t-elle.
Pour l’instant, le constat est net. La grève de la fonction publique de Côte D’Ivoire est appliquée dans les écoles primaires visitées, à Danané, Man, Niéllé, Bouaké, Bingerville et Odiénné.
A l’inspection primaire de Danané (Ouest 657 Km d’Abidjan), les fonctionnaires sont bien présents mais ne travaillent pas.

Un enseignant du Rassemblement Des enseignants républicains (RER) indique que le bureau national a envoyé un message de désolidarisation au mouvement mais, « vu l’ampleur nous sommes obligés de suivre » reconnaît-il.
Au CHU de Treichville, le service minimum est assuré comme constaté par Politikafrique.info tandis que le bureau du personnel procède à un contrôle des effectifs.

Zadi Gnagna, porte-parole de l’Intersyndicale des syndicats de la Fonction publique estime ce matin que  » les tendances sont bonnes. À l’intérieur, la grève est suivie pour demander de meilleures conditions à la Fonction publique. À Abidjan, dans les écoles les enseignants viennent seulement pour constater. Il faut voir les lycées et les universités. Les informations nous parviennent. Il faut attendre midi pour avoir des résultats claires sur l’ensemble du territoire » fait-il savoir.

Mesmin Comoé, le leader du MIDD chiffre à 1 280 000 FCFA le stock d’arriéré de salaire du à chacun des 50 000 enseignants du primaire et indique que le gouvernement doit payer 240 milliards de FCFA pour l’ensemble des fonctionnaires ivoiriens.

Les fonctionnaires dénoncent la réforme de la pension de réversion au conjoint survivant dont la jouissance n’est plus systématique. Il faut que le conjoint décédé atteigne soit 60 ans pour les catégories basses et 65 ans pour les hautes catégories avant que la pension ne soit reversée à son conjoint survivant. Si la mort n’est pas passée par là entre temps.

Richard Yasseu, Moïse Achiro, Delaure Nesmon
Source : Rédaction Politikafrique.info

Commentaires Facebook Politik Afrique

comments

EVALUEZ CET ARTICLE
User Rating
0/10

ARTICLES DE LA CATEGORIE

Quelque chose à dire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*