Grève des fonctionnaires- Nouveau report, poursuite des négociations.

Aucune avancée concrète dans les négociations sociales ce mardi 24 janvier 2017 au ministère de la Fonction publique. « Nous sommes restés dans les préalables, les discussions n’ont même pas abouti sur le premier point de l’ordre du jour. Toutefois, on a espoir que les choses iront de l’avant mais, il faut savoir que c’est Dieu qui est au contrôle », annonce d’emblée Pasteur Kaha Grivaz Lucien du Forum des confessions religieuses de Côte d’Ivoire.
Ce constat a été visible, tout comme la tension qui prévalait dans la salle de conférence qui abrite les négociations.  A peine commencées, une pause de concertation est effectuée par les 7 émissaires du gouvernement.

A leur retour,  le bruit envahit le couloir. « La réunion est reportée à une date ultérieure ». Immédiatement Mme Kangouté du syndicat Cosyfop, sort de la salle de conférence, se rend dans l’ascenseur et disparaît. « Je ne fais pas de déclaration. Il n’y a rien eu », dit-elle.

Le Ministre en charge de la Fonction publique, Abinan Kouakou, reste sur la même lancée. Sourire au visage, il lâche « Les négociations continuent. Nous allons tout doucement. Il faut patienter pour la prochaine rencontre » dit-il, retournant à son bureau en compagnie des Ministres Kandia Camara, Raymonde Goudou Coffi et Adama Koné, le ministre de l’Economie et des Finances.

Il faut noter le départ anticipé de la Ministre Mariatou Koné et l’absence du Ministre du Budget, Abdourahamane Cissé.

La parole est donnée au porte-parole de l’intersyndicale, Abonga  Jean-Yves Koutouan. Il restitue selon lui, la raison pour laquelle la réunion a été écourtée.

« On n’a pas pu se réunir, parce que le gouvernement a associé à cette rencontre, une faîtière de syndicat de fonctionnaires, qui n’a ni déposé de préavis de grève et qui n’avait pas participé activement à la grève (Cosyfop).  Donc, nous informons l’opinion nationale et internationale qu’on a laissé 48h au gouvernement pour pouvoir trouver des solutions aux préoccupations des fonctionnaires de Côte d’Ivoire. Car, nous avons appelé à la reprise du travail, dans le souci de montrer notre bonne foi. Pourtant, tout est bloqué. C’est au gouvernement de faire sa part rapidement pour rétablir la situation », résume le leader syndical Abonga Jean Yves.

Les négociations sociales sont au point mort, et la reprise du  travail demeure incertaine à la Fonction publique ivoirienne. Aka Edouard, le vice-président de l’Unapeeci,  un regroupement de parents d’élèves en Côte d’Ivoire, assure que « Quand on négocie, on continue partout, hors des salles de conférences, on négocie la nuit, le jour sans arrêt jusqu’à ce qu’on trouve des solutions. Donc, c’est ce qui se fera jusqu’à la prochaine rencontre ».

Le gouvernement a fait la promesse de la tenue d’un forum avec l’ensemble des acteurs sociaux en février prochain à Grand-Bassam.

Moïse ACHIRO.
Source: Politikafrique.info

Commentaires Facebook Politik Afrique

comments

EVALUEZ CET ARTICLE
User Rating
0/10

ARTICLES DE LA CATEGORIE

Quelque chose à dire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*