La Grève générale des fonctionnaires-Impact économique indéniable, regret de rupture du dialogue et soutien total

Les fonctionnaires ivoiriens sont depuis ce matin,  lundi 9, en grève et ce, jusqu’au 13 janvier prochain. Comme constaté par Politikafrique.info, le mouvement de protestation est largement suivi sur toute l’étendue du territoire. Réactions des spécialistes sur la grogne sociale des travailleurs du public.

Dr Séraphin Prao Yao, économiste ivoirien, enseignant-chercheur à l’Université de Bouaké indique que  la grève aura impérativement  des impacts sur l’économique ivoirienne.

« En ce sens que les fonctionnaires sont  des employés de l’Etat et participent à la marche de l’économie. C’est un manque à gagner pour l’économie ivoirienne, tout va tourner au ralenti. C’est une grosse perte pour l’Etat de Côte d’Ivoire », déplore l’économiste, joint par Politikafrique.info.

Poursuivant son analyse, il précise que « C’est dommage que le Gouvernement n’ai pas ménagé tous les efforts nécessaires pour que cette grène n’ait pas lieu », dénonce t-il.

Les syndicats des fonctionnaires protestent,  entre autres, contre l’ordonnance 2012 sur les retraites, les stocks d’arriérés de salaires depuis 2009, les allocations familiales et  la reforme de la pension de réversion au conjoint survivant qui n’est plus systématique.

Pr Issiaka Koné, doyen de l’UFR des Sciences sociales de l’Université Jean-Lorougnon-Guédé (Daloa), révèle qu’en ce qui concerne son université, il est difficile d’apprécier la suivie de la grève.

« L’administration de l’université est  présente, mais compte tenu du fait que l’université (corps enseignant et étudiants) est en vacance depuis le 2 décembre jusqu’au 16 janvier, il est donc difficile d’apprécier la situation, dans la mesure où l’administration est là. Moi-même, je suis dans mon bureau »,indique le doyen.

Toutefois, le Pr Issiaka Koné salue la protestation. «Cette grève s’inscrit dans une certaine logique, nous avons été habitués à percevoir des choses au niveau des fonctionnaires qui doivent aller à la retraite. Du coup, on décide de nous faire d’autres propositions qui aillent dans le sens de faire baisser de manière drastique ce que nous  percevrons quand nous serions à la retraite, cela pose problème. Les personnes les plus exposées, c’est nous autres les professeurs titulaires. Si vous allez à la retraite et que vous vous retrouvez avec la moitié de votre salaire vous comprenez que c’est compliqué, vu vos engagements », fustige le socio-anthropologue.

Ainsi, il invite l’Etat à prendre en compte certains paramètres, car « un pays comme la Côte d’Ivoire ne peut pas être géré comme certains autres Etats », ajoute Pr Issiaka Koné.

Contrairement à Daloa, à l’Université Péléforo Gon de Korhogo, aucun travailleur n’est présent à son poste. L’information est  confirmée par  Dr Fofana Memon, sociologue, enseignant-chercheur dans cette université, contacté par  Politikafrique.info.

Il souligne également que la grève des fonctionnaires est légitime.

« Cette grève est légitime, il faudrait que l’Etat essaie de revoir ses mécanismes d’écoute du peuple. Non seulement on parle de croissance, mais la croissance difficilement ressentie dans les ménages. On n’arrive même pas à joindre les deux bouts et on vient encore  avec  une ordonnance pour détruire totalement la retraite des fonctionnaires. La grève est légitime et elle doit aller jusqu’au bout, jusqu’a ce que l’Etat retire cette ordonnance », soutient l’universitaire.

Les 21 et 22 décembre 2016, les pourparlers entre le gouvernement et les syndicats des fonctionnaires ont eu lieu pour trouver un terrain d’entende. Mais, les négociations ont accouché d’une souris.

Gnoungo Fanta
Source : Rédaction politikafrique.info

Commentaires Facebook Politik Afrique

comments

EVALUEZ CET ARTICLE
User Rating
0/10

ARTICLES DE LA CATEGORIE

Quelque chose à dire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*