Immigration clandestine- La route de la mort toujours prisée par les jeunes africains

La mort de l’ivoirienne, Sandrine Bakayoko, dans un centre de migrants en Italie, relance le débat de  l’immigration clandestine de la jeunesse africaine vers l’eldorado européen.

En dépit des récriminations et des conditions de vie difficiles dans les pays d’accueil, les africains s’entêtent au péril de leur vie à aller en Europe, qui elle-même connaît une crise de l’emploi. Qu’est-ce qui fait encore courir cette jeunesse du continent noir vers les pays du sud, qui font face à une crise de l’emploi ?

Le décès de la jeune ivoirienne de 25 ans, Sandrine Bakayoko, lundi 2 janvier a suscité une révolte des migrants d’un centre d’hébergement, situé au nord de l’Italie. Les pensionnaires ont protesté contre la lenteur de la prise en charge de Sandrine. Ils ont également dénoncé les conditions de vie précaires dans ce centre, ancienne base de lancement de missile  où vivent 1500 immigrés.

La mort de cette ivoirienne ne laisse par Dr Geoffroy Kouao Julien, juriste-politologue ivoirien, indifférent. Il décrypte pour politikafrique.info, le phénomène de l’immigration clandestine vers l’Europe.

Selon lui, les difficultés économiques, politiques et sociales dans les pays africains incitent  la jeunesse à immigrer.
« La pauvreté et le sous-développement amènent les jeunes africains à aller vers l’eldorado économique, la terre par excellence c’est l’Europe. L’instabilité politique dans nos pays, la mal gouvernance font que les gens n’arrivent pas à se sentir bien et mieux chez eux », soutient le politologue.

Les migrants en Europe sont rattrapés par la réalité. L’Europe n’est plus l’eldorado. Ils y vivent dans des conditions pénibles. Mais, nonobstant cette dure réalité, ils continuent d’affluer.

Sandrine est tombée en syncope dans les toilettes du centre et est décédée suite à ce malaise. « Elle était malade depuis des jours. L’endroit n’était pas adapté pour les femmes », a expliqué le compagnon de la défunte au « Corriere della Sera », un grand quotidien italien.

C’est après avoir  traversé la Libye que Sandrine Bakayoko et son conjoint ont pu entrer en Italie. Ils y étaient depuis quatre mois dans un centre de rétention.

Les naufrages en méditerranée des immigrés pour l’Europe sont légions. Les morts se comptent par milliers. Cependant, cela ne décourage pas les jeunes africains à s’inscrire au voyage de la mort pour l’Europe.

Pour Dr Geoffroy Kouao Julien, bien que l’Europe connaisse une récession économique, elle demeure toujours un eldorado pour les africains.

« C’est vrai que l’Europe a des difficultés mais elles sont d’extrême valeur d’eldorado pour nous. Au moment où l’Europe connaît des difficultés, l’Afrique aussi ne se porte pas mieux », explique-t-il.

Ainsi,  pour freiner ce fléau, il invite les dirigeants africains à la bonne gouvernance, car « C’est la bonne gouvernance qui va permettre de régler le problème économique et créer des emplois pour les jeunes », estime-il.
Dr Albert Kouakou Yao, socio- anthropologue, chercheur à l’Institut d’été en Sociologie de l’Université Félix Houphouët-Boigny  d’Abidjan indique pour sa part que l’immigration est un phénomène naturel.

« De tous les temps, les hommes ont migré dans l’espoir de trouver un mieux-être. C’est une réaction normale de survie. On émigre dans l’espoir de trouver des conditions meilleures d’existence. Mais on émigre pour fuir une réalité sociale à laquelle on ne peut faire face », soutient le sociologue.

Par ailleurs, il fait savoir que l’immigration peut être considérée donc comme une solution aux déboires sociaux de la jeunesse africaine.

« C’est pour la jeunesse, un moyen de pouvoir se faire une place au soleil et avoir un nom parmi les siens. Car, de tous les temps, la majorité de ceux qui sont partis, lorsqu’ils reviennent, nous avons le plaisir de constater qu’ils ont pu se réaliser », précise-t-il.

L’Europe fait face depuis quelques années à une crise de migrants. En 2014, 5000 migrants sont entrés en Italie, le pays a du renvoyer  1500, parmi eux.

Gnoungo Fanta
Source : Rédaction politikafrique.info

Commentaires Facebook Politik Afrique

comments

EVALUEZ CET ARTICLE
User Rating
0/10

ARTICLES DE LA CATEGORIE

Quelque chose à dire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*