Mutinerie, fermeture des banques, un économiste décrypte le risque d’inflation

Des mutins manifestent dans plusieurs villes ivoiriennes depuis la nuit du 11 au 12 mai 2017. Devant le risque de pillage, l’Association des banques et établissements financiers de Cote d’Ivoire ( APBEF-CI) a décidé de garder ces institutions fermées ce 15 Mai 2017 par mesure de précaution. Un analyste explique les conséquences pour la population.

Les établissements financiers de Cote d’Ivoire préfèrent jouer la carte de la prudence. « l’APBEFCI demande aux banques de ne pas ouvrir par mesure de prudence, passez le message » tel est le message véhiculé par l’APBEF aux institutions financières que Politikafrique.info a pu lire. Cette organisation invitait ses membres à garder leurs établissements clos.

Cette situation est embarrassante  pour certains usagers comme Laure Marie qui « devrait encaisser un chèque ce matin à ma banque. Mais cela ne sera pas possible parce que je viens de constater qu’elle est fermée »  affirme-t-elle.
Toutefois, elle comprend que la situation est assez tendue ce matin dans la ville.Yvan Kassi  lui avait l’intention de
prendre un peu d’argent a sa banque au plateau pour faire face à ses dépenses. Mais il ne pourra pas faire son retrait ce jour.

Joint par Politikafrique.info un banquier  de la  Banque Of Africa (BOA) affirme que  sa société en accord avec l’APBEF a décidé de fermer par mesure de sécurité  « Notre syndicat trouve qu’il vaut mieux que nous fermions.
C’est pour notre sécurité » explique-t-il. Le banquier mentionne qu’il y a certaines banques qui ont été pillé
dans la nuit du 14 au 15 mai  à Bouaké d’où cette précaution.  Concernant le travail il n’a aucune idée de la  date
de reprise «  je ne sais pas si nous allons reprendre le travail demain mais nous le saurons certainement en fin de journée ou  ce soir ». Il mentionne également que cet arrêt pourrait être prolongé  de 2 ou 3 jours

Quand à Maxime Sako, consultant en économie  il explique que la première conséquence ce de cette fermeture  des
banques pourrait être une augmentation anarchique des prix des denrées de premières nécessité sur les marches : l’inflation. Il précise que c’est un mécanisme de protection lorsque l’argent se fait rare. « Les PME et les agents économiques ne se font plus crédits car les banques sont fermées. Les échanges commerciales ne vont plus se faire
car les circuits économiques ne seront plus alimentés par l’argent des banques ».

Des mutins de Cote d’Ivoire manifestent depuis le 9 mai pour des promesses a eux faite par le président Alassane
Ouattara  qui n’ont pas été respectées.

Raïssa Yao

Source: Politikafrique.info

Commentaires Facebook Politik Afrique

comments

EVALUEZ CET ARTICLE
User Rating
0/10
  • tags

ARTICLES DE LA CATEGORIE

Quelque chose à dire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*