Mutinerie, Jean Marie Koné, président du forum des chefs d’entreprises : « nous sommes en train d’évaluer les dégâts »

Jean Marie Koné, président du Forum des chefs d’entreprises de Côte d’Ivoire (FCE-CI) regrette les dégâts causés par les récentes mutineries dans le pays. Il invite les parties en conflit  à privilégier le dialogue pour sauvegarder l’économie.

Le Forum des chefs d’entreprises de Côte d’Ivoire (FCE-CI) n’est pas ravi de la récente crise des mutins. Au cours d’une conférence de presse ce 19 mai 2017 à Abidjan-Cocody, Jean Marie Koné, président de la FCE-CI l’a fait savoir. « (…)nous remercions les entreprises de Côte d’Ivoire pour leur patience face à cette énième épreuve douloureuse. Les populations ivoiriennes et particulièrement les chefs d’entreprises ont trop souffert des violences armées et n’aspirent résolument qu’à la paix », exprime-t-il sa désolation.

Interrogé sur l’évaluation des pertes, M. Koné indique qu’elle se situe à plusieurs niveaux. « Il y a eu une déprogrammation des activités bien étudiées à l’avance, le lundi de la mutinerie a été une journée morte. Nos membres ont parlé de reports des rdv avec des partenaires. Ceux qui avaient leur billet ont reporté des vols. Nous enregistrons des conséquences matériels car au niveau de Bouaké, des entreprises ont été  victimes de vol par des inconnus, avec la situation de désordre », note le président du FEC-CI. Il précise qu’ « une commission scientifique est en train d’évaluer les dégâts subis et une déclaration sera bientôt produite. La commission juridique verra s’il faut demander réparations », projette-t-il.

Les solutions liées à la sécurisation des entreprises sont du ressort des pouvoirs publics. Toutefois, le conférencier recommande à ses membres de souscrire aux assurances tout risque pour parer les éventualités. Par ailleurs, il salue l’option du dialogue dans le règlement du conflit. « Tout en reconnaissant la nécessité pour l’Etat de Côte d’Ivoire de rétablir son autorité sur l’ensemble du territoire national, le FCE-CI exhorte le Gouvernent à continuer de privilégier le dialogue », indique le conférencier. Il ajoute qu’à ce jour, « les activités économiques sont en plein régime et, le processus de reconstruction est en marche ».

Depuis janvier 2017, la Côte d’Ivoire, est confrontée à une crise socio-sécuritaire avec des mouvements de mutins et des grèves de fonctionnaires. Après une accalmie et une demande de trêve sociale, la mutinerie a repris de plus belle le 12 mai avant de s’estomper après un accord signé avec le gouvernement dans la nuit du 15 au 16 mai 2017. La mutinerie a causé officiellement 4 morts, 9 blessés et de nombreux dégâts matériels.

Nesmon De Laure

Politikafrique.info

Commentaires Facebook Politik Afrique

comments

EVALUEZ CET ARTICLE
User Rating
0/10

ARTICLES DE LA CATEGORIE

Quelque chose à dire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*