Mutineries à répétition – Kouao Djadji Blaise, député d’Adiaké : « Il faut une enquête pour situer les responsabilités »

Les mouvements d’humeur à répétition en Côte d’Ivoire ne laissent pas indifférent Kouao Djadji Blaise, député suppléant de la ville d’Adiaké, qui a été récemment secouée par un soulèvement militaire. Dans cet entretien, il appelle à une enquête pour situer les responsabilités.

Quel sens revêt cette cérémonie organisée ce samedi 11 février à Adiaké votre ville ?

Le cadre qui nous a permis de vivre la cérémonie de ce jour est un cadre de paix. Les mardi 7 et mercredi 8 février derniers, nos frères militaires, avec qui nous vivons ici en parfaite harmonie, ont manifesté pour des raisons que moi-même je ne connais pas encore. Leur acte a troublé la quiétude de la population. Aujourd’hui le calme est revenu, puisqu’ils sont venus à nous pour présenter des excuses. Cette cérémonie initiée par le député-maire d’Adiaké, l’honorable Hien Sié, a pour but de témoigner soutien à la population et pour lui dire qu’il est avec elle.

Pensez-vous que le message est bien passé surtout au niveau des forces de l’ordre?

Oui je pense que le message est bien passé, puisque déjà eux-mêmes sont venus nous présenter leurs excuses. Ils ont présenté leurs excuses à la population, aux femmes, aux jeunes ainsi qu’aux autorités de ce département. Il faut aussi savoir que pour l’organisation de cette cérémonie, ils ont été approchés. C’est avec leur accord que nous nous sommes retrouvés ce jour. Donc le message est passé.

Quel est à ce jour l’évaluation des dégâts  causées par ce soulèvement militaire dans la ville d’Adiaké ?

D’abord il faut rendre gloire à Dieu parce qu’il n’y a pas eu de perte en vie humaine. C’est vrai qu’il y a eu des blessés, mais là encore Dieu merci car les nouvelles qui nous viennent d’Abidjan font état de ce que les blessures sont circonscrites. Il n’y a pas eu non plus de dégâts matériels. Je dirai seulement qu’il y a eu une perturbation de l’économie de la ville. Parce que ces événements sont survenus à des moments importants de la vie économique. A savoir la veille du jour du marché et le jour même du marché. Les habitants n’ont pas pu faire le marché, la mairie n’a pas fonctionné. Les pertes ont eu lieu dans ce sens. Sinon dès l’instant qu’il n’y a pas eu de perte en vie humaine, je pense qu’il faut rendre gloire à Dieu.

Les événements d’Adiaké suivent une série d’autres du même type. Quel commentaire cela vous inspire -t-il ? 

C’est dommage qu’aujourd’hui, dès l’instant où nous avons un petit souci, nous pensons que la solution, c’est la grève. Il faut savoir que la grève est l’arrêt de toute activité. C’est encore quand même inquiétant quand ce sont nos frères les militaires qui manifestent. Car ils le font avec des armes. C’est déplorable. Je pense que l’on doit prendre des dispositions pour que ce genre de situation prenne fin. Parce que je ne pense pas que la violence permettra d’obtenir ce dont on a besoin. La violence ne règle rien comme nous l’a toujours dit le père fondateur de la Côte d’Ivoire le président Félix Houphouët-Boigny. Lequel nous a toujours enseigné le dialogue qui est aussi bien suivi par le président Alassane Ouattara.

Pour vous qui êtes un député de la nation, doit-on s’attendre à une enquête parlementaire pour situer les responsabilités ?

Nous venons juste d’entrer au Parlement. Je ne connais pas encore les rouages du fonctionnement de cette institution, aussi je ne voudrais pas me prononcer. Toutefois, je me dis que nous n’avons pas besoin que l’Assemblée nationale se réunisse pour décider d’enquête afin de situer les responsabilités. Il faut une enquête pour situer les responsabilités. C’est nécessaire parce que ce sont les forces de défense et de sécurité de la nation qui sont concernées.

Entretien réalisé par Richard Yasseu
Source : rédaction Politikafrique.info

Commentaires Facebook Politik Afrique

comments

EVALUEZ CET ARTICLE
User Rating
0/10

ARTICLES DE LA CATEGORIE

Quelque chose à dire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*