Procès des disparus du Novotel, Nouveaux témoignages satisfaisants pour la partie civile, la défense joue le rejet

Ce jeudi 16 mars 2017, cinq témoins ont été entendus.

Convoqués par le juge président Cissé Mourlaye, il s’agit de Djéanin Bi Tra Benoît, Préfet de police à la retraite ; Ouégnin Charles, ancien responsable technique au Novotel et au Pullman,  mais en service, tous les deux lors de la crise postélectorale de 2011.

Deux femmes amies que sont Kablan Simone, une connaissance sportive de la victime Yves Lambelin, Konan Bernadette et Bosso Adjé, un militaire de la Garde Républicaine actuellement victime d’AVC ont aussi dit leurs parts de vérité.

Concernant les propos énoncés par les témoins, ils sont différemment appréciés  par les avocats, Me Clémence Witt de la partie civile, représentante de la famille Di Rippel et du groupe Accor et Me  Dadjé Rodrigue, assigné à la défense des 7 accusés.

Pour Me Clémence Witt, « les  dépositions de témoins  sont  essentielles pour la manifestation de la vérité. Leur présence a permis de confirmer la préméditation de l’enlèvement des otages au Novotel, de confirmer qu’ils ont vu les quatre corps sans vie, nus et intacts et expliquer comment, on avait pris le soin pour dissimuler ces quatre corps. Les témoignages confirment l’implication du Commissaire Osé Loguey et du Colonel Ohoukou Mody. On se félicite que ce procès avance et que les dépositions de témoins continuent ».

Me Dadjé lui soutient que, «  le témoin Bosso Adjé  ne dit pas vrai aujourd’hui. Après sept ans, c’est maintenant qu’il se rappelle mieux des faits. En mai 2011 et février 2012, il a dit n’avoir  jamais appelé le colonel Mody, il ne trouvait  pas nécessaire. Aujourd’hui, il affirme le contraire, son témoignage n’est pas crédible. Ce qui est vrai, c’est que le colonel Mody a demandé que les corps soient envoyés à la première compagnie et lui, le confirme. Par ailleurs, je constate que les déclarations des deux dames ne remettent pas en cause  nos clients qui, pour nous sont innocents.  Au sujet du préfet de police, il n’a pas été témoin de quelques ordres donnés au commissaire Osé Loguey donc il n’a jamais eu la preuve des ordres. Il ne sait rien du tout» relativise-t-il.

Les dépositions des cinq intervenants du jour ont porté sur les chefs d’accusation contre les dix accusés mis en cause dans l’enlèvement, la séquestration, l’assassinat et la disparition de 4 otages à l’hôtel Novotel le 04 avril 2011.
Ces accusés sont le général Dogbo Blé Bruno, les Colonels Aby Jean,et Ohoukou Mody, le commissaire Osé Loguey, les sergents Zazou Koffi, Houphouët Félix et Don Joël, du milicien Yoro Tapéko Landry, le pompier Séry Joseph et Guéï Bléka.

Moïse ACHIRO
Source : Politikafrique.info

Commentaires Facebook Politik Afrique

comments

EVALUEZ CET ARTICLE
User Rating
0/10

ARTICLES DE LA CATEGORIE

Quelque chose à dire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*