Projet de nouvelle Constitution : le OUI l’emporte, les opposants ne lui prédisent pas longue vie.

Les députés ivoiriens ont adopté ce mardi 11 octobre  le projet de loi portant nouvelle Constitution. L’hymne national entonné par les députés après la proclamation  des résultats  du vote  sur l’avant-projet de nouvelle  Constitution n’a pas été chanté par l’honorable Gnangbo Kakou. « On tue un parent qui vous est chère et puis on entonne l’Abidjanaise » déplore le député d’Adiaké à la sortie de l’hémicycle.

Le projet de loi portant nouvelle Constitution présenté le 5 octobre dernier par le Président de la République à l’Assemblée Nationale a été adopté par la Commission des Affaires Générales et Institutionnelles (Cagi) le vendredi 7 octobre. Ce  mardi 11 octobre, il a été approuvé en plénière. Sur 249 votants, 8 députés ont voté contre, 2 se sont abstenus et 239 ont voté pour.
Toujours déçu Gnangbo Kakou estime qu’ «  On bâcle nos valeurs…. Cette Constitution n’est pas vertueuse. Elle n’est pas futuriste. Sur tous les articles il y a une anomalie. Sa durée de vie n’excédera pas 2020 ».

Alfred Kouassi, député de Pacobo lui voit les choses autrement. Il fera  la promotion du « OUI » dans sa circonscription. Il soutient la vision  du Président de la République « qui entend laisser un pays stable parce que nos institutions ont été très déstabilisées à un moment donné avec les coups d’Etat et autres. Aujourd’hui avec la Constitution que nous mettons en place, tout cela est réglementé » estime-t-il.
Le député Mahi Clarisse de Bin-Houyé dit être « Fière de l’Assemblée Nationale qui malgré les mauvaises intentions qu’on lui prêtait » a travaillé avec abnégation sur ce projet avant de l’adopter.

Aka véronique député de Bongouanou se réjouit quant à elle, de ce que leurs amendements ont « été pris en compte ».  «  Je  crois que nos amendements ont été pris en compte. Le Président de la République pouvait faire cette Constitution sans passer par l’Assemblée Nationale », soutient-elle. Selon elle, pour le vote en plénière de ce texte, les députés ont mis 3 heures de temps afin de vérifier si les modifications faites en commission avaient été prises en compte.
«  Nous avons le sentiment du devoir accompli », a indiqué à la fin de la séance Guillaume Soro, le Président de l’Assemblée Nationale. Me Ahoussou Jeannot,  parlant de l’opposition a saisi l’opportunité pour la tancer.

« Malheureusement l’opposition est incapable de faire une offre sérieuse aux ivoiriens. Ce sont des querelles intestines. Vous avez vu, même Affi N’Guessan a tenté une marche. La marche était assez maigre reflétant l’état de dépérissement l’opposition », a-t-il déploré.
Le 30 octobre prochain, le peuple ivoirien se prononcera à son tour  sur cet avant-projet désormais projet de Constitution afin de décider s’il accepte ou non  de partir pour la 3eme République.

Raïssa Yao

Commentaires Facebook Politik Afrique

comments

EVALUEZ CET ARTICLE
User Rating
0/10

ARTICLES DE LA CATEGORIE

Quelque chose à dire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*