Réconciliation Etats-Unis-Japon- Obama et Abe montrent la voie, les ivoiriens piétinent

Les relations Etats-Unis et le Japon se renforcent. 75 ans après l’attaque japonaise contre l’aviation américaine à Pearl Harbor, le Premier Ministre Japonais, Shinzo Abe a rendu un hommage,  mardi 27 décembre, aux victimes de Pearl Harbor aux USA. Ces deux pays ennemis hier, ont désormais enterré la hache de guerre. La Côte d’Ivoire en quête d’unité entre les fils et filles du pays ne devrait-elle pas s’inspirer du modèle de réconciliation Japon-USA ?

Pr Pierre Dogbo, avocat-politologue ivoirien répond sans équivoque que « la Côte d’Ivoire gagnerait à s’inspirer de l’expérience de réconciliation entre ces grandes nations telles que le Japon et les USA, l’Allemagne et la France. Ce, afin de s’engager résolument dans le processus de réconciliation définitif », soutient-il à Politikafrique.info.

Poursuivant son analyse, il estime  que « Si la réconciliation en Côte d’Ivoire peine à se mettre en place, c’est que nous sommes un petit peuple, nous n’avons pas encore compris le sens de l’histoire, parce que la responsabilité première incombe au Président de la République, c’est lui le chef de l’Etat. Si lui, n’est  pas en esprit d’organiser une réconciliation entre les ivoiriens, la réconciliation n’aura jamais lieue », estime le politologue.

A l’en croire, dans  leurs relations et pour l’avenir, les Etats sont obligés de se surpasser pour ne pas seulement reconnaître le bien mais construire le mal comme une opportunité pour resserrer les liens et pour ne pas retomber dans les erreurs du passé.

Et d’ajouter que « C’est l’exemple que donnent les Etats-Unis et le Japon. En dépit de la crise qui les a secouée, les deux peuples ont réussi à se réconcilier pour l’avenir, c’est ce qui compte dans les relations entre les peuples ».
Dr  Mémon Fofana, sociologue, enseignant-chercheur à l’Université Péléforo Gon (Korhogo), invite à son tour la Côte d’Ivoire à imiter l’exemple Japon-USA.

« La Côte d’Ivoire peut se servir de cet exemple, à savoir que deux ennemis d’hier peuvent se réconcilier. Les relations humaines sont toujours parsemées de conflits, mais on n’a pas le droit de ne pas se réconcilier. La réconciliation est une condition préalable à tout développement. La Côte d’Ivoire doit se réconcilier pour construire sa paix intérieure avec tous les fils du pays », justifie le sociologue.

Le 7 décembre 1941, l’armée impériale japonaise lançait un assaut des plus insolites sur la base américaine de Pearl Harbor. Cette attaque qui a fait 2 400 victimes, tous des marins américains, a précipité également l’entrée des Etats-Unis dans la seconde guerre mondiale et détruit les relations américano-nipponne.

Ainsi, pour tourner la page et aller à une réconciliation entre les deux anciens ennemis, le Premier Ministre japonais était en visite  les 26 et 27 décembre derniers sur la base Pearl Harbor, sur l’île d’Hawaï, sur le lieu même où avait eu lieu l’attaque de l’aviation japonaise contre la flotte américaine. C’était la première fois, 75 ans après l’attaque.
Le Premier Ministre japonais, Shinzo Abe en compagnie du Président américain a rendu hommage aux morts de Pearl Harbor.

« J’offre mes sincères condoléances à  tous les hommes et femmes courageux qui ont perdu la vie dans une guerre qui a commencé à cet endroit même », a salué Shinzo Abe. Avant de préciser de « ne jamais répéter les  horreurs de la guerre ».

Quant au Président Barack Obama, il a souligné pour sa part que  «  même les plus profondes blessures de la guerre peuvent  laisser place à une amitié et une paix durable »,  s’est-il réjouit.

Pour lui, cette réconciliation avec le Japon est un message fort au monde entier, car « il y a plus à gagner en faisant la paix que la guerre, et la réconciliation rapporte davantage que la vengeance », a estimé Barack Obama.
Dans le cadre de ce processus de réconciliation Etats-Unis-Japon, le Président  Barack Obama avait effectué en mai 2016 une visite historique au Japon, à Hiroshima, pour rendre hommage aux victimes des bombes nucléaires américaines, lâchées sur à  Hiroshima et Nagasaki. Une première là aussi.

Pour le processus de réconciliation en Côte d’Ivoire, Le Président ivoirien, Alassane  Ouattara a, dès son accession au pouvoir en 2011, mis en place la Commission Dialogue, Vérité et Réconciliation (CDVR). A la fin de la mission du CDVR, piloté par Charles Konan Banny, la Commission Nationale pour la Réconciliation et l’Indemnisation des Victimes (CONARIV) des crises survenues en Côte d’Ivoire a vu le jour.  Elle était dirigée par Monseigneur Siméon Ahouana Djro.

En dépit de tous ces efforts, la Côte d’Ivoire peine toujours à se réconcilier.
Le Professeur Pierre Dogbo a un point de vue bien arrêté et politiquement engagé. Selon lui, pour que le processus de réconciliation en Côte d’Ivoire aboutisse, il faut «premièrement libérer tous les prisonniers politiques, deuxièmement s’engager dans le retour des exilés en posant des actes forts. Le dernier point, dans un dialogue national, le gouvernement doit poser des actes politiques qui mettront en confiance tout le monde  en menant des démarches diplomatiques pour que Blé Goudé et Laurent Gbagbo soient jugés en Côte d’Ivoire », recommande-t-il.
Le politologue fait savoir que le Président Ouattara est capable de mettre en exécution ces trois points. « Tout est donc entre les mains du pouvoir », lance-il.

Tout comme les deux spécialistes, le Ministre Joël N’Guessan, porte-parole du Rassemblement des républicains (RDR), parti au pouvoir, approuve que le modèle des deux Etats, Nippon et américain, soit aussi un exemple pour la Côte d’Ivoire.

Toutefois, il souligne  que les gens exagèrent en disant qu’il n’y a pas de réconciliation en Côte d’Ivoire.  Il estime que « les ivoiriens sont réconciliés. Nombreux sont les exilés qui sont rentrés et qui travaillent comme tout le monde. Ils vont à l’école ensemble et au marché ensemble. Et parler de prisonniers politiques est un contre-sens total », précise le porte-parole RDR, joint par Politikafrique.info. La réconciliation en Côte d’Ivoire, si elle est bien en marche, doit encore d’appuyer sur la bonne volonté de toutes les parties.

Gnoungo Fanta
Source: rédaction Politikafrique.info

Commentaires Facebook Politik Afrique

comments

EVALUEZ CET ARTICLE
User Rating
0/10

ARTICLES DE LA CATEGORIE

Quelque chose à dire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*