Réunion politique UPCI- Gnamien Konan, « La gratuité des concours administratifs est sacrée pour nous, les frais sont injustifiés »

Le Président de l’Union pour la Côte d’Ivoire (UPCI), Gnamien Konan, est revenu, à l’issue d’une réunion politique de son parti, ce samedi 18 mars, sur les frais d’inscription des concours de la fonction publique. Pour lui, les candidats ne doivent rien payer.

« Quand j’étais ministre, aucun ivoirien n’a payé le moindre sou pour un concours. Les frais de concours me paraissent injustifiés, raison pour laquelle, je parle d’arnaque. Le service public doit être gratuit », a insisté Gnamien Konan, le président de l’Union pour la Côte d’Ivoire (UPCI). Avant de préciser que cette loi qui encadre l’organisation des concours est caduque, car les choses ont changé.

348 concours sont ouverts pour 9096 postes budgétaires pour l’année 2017. Les frais d’inscriptions qui étaient de plus de 30.000FCFA ont été réduits à 23.500F en 2016.

Le président de l’UPCI, s’est également prononcé sur l’agrobusiness qui défraie la chronique depuis deux mois. «Le gouvernement a attendu si tard pour intervenir, cela montre bien  que quelque chose ne tourne pas rond dans le fonctionnement du gouvernement. Le gouvernement aurait du se rendre compte un peu plus tôt de cette arnaque », a-t-il déploré.

Autre point à l’ordre du jour, les différentes mutineries qui ont secoué la Côte d’Ivoire. Pour le président de UPCI, « jusqu’à ce jour, on ne sait pas combien chaque mutin a reçu, on ne sait pas s’ils sont satisfaits ou s’ils reviendront. Que le gouvernement dise aux ivoiriens sur quel droit ces primes sont versées aux mutins, car ce sont les contribuables ivoiriens qui payent», interpelle Gnamien Konan.

Concernant la réconciliation nationale, il a fait savoir que la bonne gouvernance, la justice, l’état de droit et  la liberté d’expression peuvent permettre de réconcilier les ivoiriens.

Selon lui, le  gouvernement d’union nationale, proposée par le président du Front populaire ivoirien (FPI) afin de réconcilier tous les ivoiriens et mettre fin aux grognes n’est pas la panacée indiquée.

« Les élections sont dans quatre ans, que tous ceux qui veulent être candidats se présentent. Mais, ceux qui préparent un coup d’Etat contre la démocratie, qu’ils se ravisent, car nous ne nous laisserons pas faire », a mis en garde l’ancien DG des douanes ivoiriennes et ex-ministre de la Fonction publique et de la Reforme administratrive évincé du gouvernement suite à sa candidature isolée aux législatives dernières contre le RHDP.

Gnoungo Fanta
Source : rédaction, politikafrique.info

Commentaires Facebook Politik Afrique

comments

EVALUEZ CET ARTICLE
User Rating
0/10

ARTICLES DE LA CATEGORIE

Quelque chose à dire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*