RHDP-Alternance 2020, les consignes de Bédié transgressées

La question de l’alternance en 2020 dite réservée aux présidents Henri Konan Bédié et Alassane Ouattara, est toujours évoquée sur la place publique. Par tous. Et contre la recommandation du président du RHDP de s’abstenir d’en parler.

La consigne du chef semble difficile à être respectée. Le débat sur la succession d’Alassane Ouattara en 2020 chatouille les bouches. Difficile de s’abstenir. Face aux militants de son parti, le RDR le 22 avril 2017 dans la commune de Koumassi, Ibrahim Cissé Bacongo haut cadre de la formation au pouvoir est revenu sur la question en mettant même les pieds dans le plat. Pour lui, le RDR n’est pas sur le point de passer la main à une autre formation. « Nous ne voulons pas nous arrêter à deux mandats. Je ne me suis pas battu de 1994 à 2011 pour deux mandats. On s’est battu pour être au pouvoir pendant longtemps »,indique-t-il.

L’ex-ministre de la Fonction publique et de la modernisation de l’Administration renchérit que « Pour le moment, le RDR est un parti légalement constitué. Il n’a pas renoncé à son ambition de reconquête du pouvoir d’Etat et de l’exercer. Aussi longtemps que nous n’avons pas renoncé à cette ambition, il va de soi que pour nous, 2020 reste un objectif à atteindre, c’est-à-dire qu’en 2020, le RDR reste encore au pouvoir ».

L’allié PDCI de son côté n’est pas étranger à cette relance du débat. Dans son édition du mardi 25 avril, le confrère « Le Nouveau Réveil », quotidien proche du parti de Henri Konan Bédié fustigeait à son tour le discours de ce haut cadre du RDR. « RDR : provocation ou défiance au PDCI-RDA? », pouvait-on lire à la manchette de ce journal. A l’en croire, la formation du président Alassane Ouattara a des désirs de non respect des engagements d’alternance comme le font savoir les hommes de Bédié sans en montrer la preuve.

Quelques semaines plus tôt déjà, le vieux parti affichait au grand public également ses ambitions de reconquérir à titre personnel le pouvoir d’Etat. Lors d’un séminaire tenu début avril, des élus préconisaient que leur formation ait un candidat pour l’élection présidentielle de 2020.

« Ces cadres sont dans une logique de non-respect des consignes données par le président Bédié. Retenez qu’ils parlent tous en leurs propres noms et non aux noms de nos deux formations politiques que sont le RDR et le PDCI-RDA. Donc il n’y a pas d’émotions à avoir. Nous en tant que porte-parole, nous en tenons aux consignes données par nos différentes hiérarchies », réagit Joël N’Guessan, porte-parole du RDR.

Au sein de la coalition, un cessez-le feu sur la question de l’alternance en 2020 est en vigueur. Dans une déclaration émanant de Henri Konan Bédié, le président du présidium du RHDP, il est fait mention aux cadres de s’abstenir d’évoquer le sujet en public. « A compter de la conférence de presse de ce jour (mardi 28 mars 2017, Ndlr), il est demandé aux responsables du RHDP, quels qu’ils soient, de mettre fin à tout débat public et inopportun sur l’importante question de l’alternance en 2020 », avait recommandé le ministre Adjoumani Kouassi porte-parole de l’alliance. Estimant que les « Déclarations faites en dehors des cercles appropriés de décision portent gravement atteintes à la nécessaire cohésion » au sein de leur groupement politique. Et perturbent leurs militants.

Mieux, le ministre des Ressources animales et halieutiques avait signifié que le sujet était une exclusivité de leurs deux premiers responsables. A savoir « les présidents Alassane Ouattara et son aîné Henri Konan Bédié ». Les faits, eux, sonnent faux et les deux partis se préparent légitimement sur le terrain et dans leur organisation interne.

Richard Yasseu
Source :rédaction Politikafrique.info

Commentaires Facebook Politik Afrique

comments

EVALUEZ CET ARTICLE
User Rating
0/10

ARTICLES DE LA CATEGORIE

Quelque chose à dire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*