Sport- Eléphants footballeurs, l’inquiétude gagne les rangs des ivoiriens

Déjà deux défaites. Pour sa nouvelle cuvée, l’équipe nationale de football de Côte d’Ivoire qui vient de changer de sélectionneur, n’a pu faire le poids face aux Oranje du Pays-Bas et au Sily national de la Guinée Conakry. Après ces deux  défaites, (5 – 0 contre les Hollandais et 3 – 2 face à la Guinée devant le public de Bouaké) qui sont les premiers matchs avec Marc Wilmots comme sélectionneur, des questions se posent. Faut-il déjà s’inquiéter pour cette sélection et au-delà, les premiers pas de Wilmots sont-ils rassurants ? Voilà ce qu’en pensent les acteurs du sport en Côte d’Ivoire.

« Oui ces deux défaites des Eléphants, c’est vraiment inquiétant. La saison dernière, la Côte d’Ivoire était ex æquo avec l’Argentine de Messi au niveau du record d’invincibilité. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas même si cela arrive après la coupe d’Afrique. On aurait aimé renouer avec la victoire, mais, hélas. C’est les records de défaites que l’arrivée du coach Marc Wilmots nous offre en 2 matchs et c’est catastrophique pour les débuts d’un sélectionneur annoncé en grande pompe et qui avait fait bonne impression avec la Belgique », réagit sans ambages Rigo Gervais l’ex-entraîneur du Séwé Sport de San Pedro joint par Politikafrique.info.

Pour lui, la défaite 5 – 0 face au Pays-Bas « même en match amical, c’est humiliant ». Pis, Rigo Gervais estime que « cela va impacter négativement le classement FIFA ». Par ailleurs, l’ex-entraîneur du Séwé Sport de San Pedro se veut critique sur le choix porté sur les nouveaux joueurs ivoiriens évoluant hors de l’Afrique. « Il faut s’interroger sur les options et le choix des binationaux annoncés comme le recours salvateur pour les éléphants de Côte d’Ivoire au détriment des talents locaux que le championnat ivoirien a toujours eu », fait-il remarquer, non sans citer à titre d’exemple la promotion des athlètes sortis de l’académie Mimos Sifcom de l’Asec et le gardien Gbohouo Sylvain du TP Mazembé, tous issus du championnat local, qui selon lui, ont écrit et continuent d’écrire les belles lettres du football ivoirien.

La presse sportive ne dit pas autre chose. « Il est clair que le nouveau sélectionneur veut rebâtir l’équipe. Et pour lui, seuls ceux qui jouent en Europe qu’on appelle les binationaux peuvent faire l’affaire. Une équipe nationale ne se gère pas comme un club de football. Aujourd’hui en Afrique, la Côte d’Ivoire se positionne derrière le Nigéria en termes de joueurs évoluant hors du continent et sur le continent. Mais ces binationaux ne peuvent évoluer sans les autres. Ils ont besoin des anciens et surtout des locaux pour s’acclimater. Parce que compter seulement qu’avec les binationaux, soulève le problème de ce que deviendront les joueurs locaux. Ce, d’autant plus que le résultat avec les binationaux comme on le voit ne sont pas toujours satisfaisants », répond à Politikafrique.info Izou Dine un journaliste sportif ivoirien.

La sélection nationale de football de Côte d’Ivoire sort d’une mauvaise saison après une élimination prématurée au premier tour de la Coupe d’Afrique des nations (CAN 2017) au Gabon. Son sélectionneur, le technicien français Michel Dessuyer beaucoup tancé dans cette sortie brusque et inhabituelle de la plus prestigieuse messe de football continental, avait fini par rendre le tablier après 18 mois d’exercice. Il a été remplacé à ce poste par le Belge Marc Wilmots, le dixième sélectionneur à la tête des pachydermes pour ces dix dernières années.

Selon Rigo Gervais, les mauvaises prestations actuelles de pachydermes ivoiriens tirent aussi leur source de l’ambiance qui règne dans les vestiaires. « On est inquiet parce que le bruit des vestiaires nous dit que le brassard de capitaine pose à nouveau problème. Et que des joueurs comme Serey Dié, Gervinho qui faisaient partie des pièces maîtresses de la sélection nationale ont tous maille à partir avec le nouveau groupe d’éléphants. Or il est connu de tous que si tu renies ta base constituée des joueurs locaux et que tes cadres ou anciens de l’équipe te lâchent, c’est que l’affaire devient inquiétante », explique-t-il. Toutefois, l’ex-entraîneur du Séwé Sport de San Pedro garde l’optimisme. Marc Wilmots n’étant qu’à ses débuts dit-il. La sélection ivoirienne faut-il le rappeler, a dernièrement pour capitaine Serges Aurier, le latéral droit du Paris Saint-Germain.

Richard Yasseu
Source : rédaction Politikafrique.info

Commentaires Facebook Politik Afrique

comments

EVALUEZ CET ARTICLE
User Rating
0/10

ARTICLES DE LA CATEGORIE

Quelque chose à dire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*