Stock d’arriérés- Les syndicalistes, « Ces décrets résultent de grèves de certaines corporations »

Les décrets pris par l’ex-Président ivoirien Laurent Gbagbo, pour le paiement des indemnités à des fonctionnaires de sept ministères suscitent des interrogations. Pourquoi ces décrets ne concernaient qu’une catégorie de fonctionnaires et à quoi répondaient ces prises de décisions.  Des syndicalistes joints par politikafrique.info se prononcent sur ces mesures.

Berthoni Kouamé, secrétaire général du Réseau des instituteurs de Côte d’Ivoire (Rici) est sans ambages. « Toutes les corporations qui ont bénéficié de ces décrets, en réalité sont des corporations qui avaient émis des revendications et avaient fait grève, c’est ainsi que le Président a pris ces décrets pour répondre aux revendications, donc ce ne sont pas des décrets fantaisistes », défend-il. Non sans rappeler que c’était des  revendications précises pour des décrets  précis.

Jean Yves Abonga, secrétaire général de l’Intersyndical des fonctionnaires de Côte d’Ivoire (IfCI) ne dit pas autre chose. « Ces décrets portaient sur des profils de carrière et sur un statut particulier des fonctionnaires mais pas sur le stock des arriérés de salaires », a-t-il expliqué.

Poursuivant, il a  confirmé que l’instauration de primes entérinée par ces décrets ne touchait pas tous les fonctionnaires. «Je prends le cas des enseignants, ils étaient tous bloqués au grade A3 alors que les autres fonctionnaires évoluaient au grade A7.On a proposé au gouvernement de faire en sorte qu’on soit aussi reclassé au grade A7 comme tous les autres fonctionnaires. Il a fallu instaurer un profil de carrière des emplois au grade A 4, A5, A6 et A 7 et cela a donc entraîné la prise d’un décret pour instaurer ces nouveaux profil de carrière. Les douaniers aussi ont demandé une prime qu’ils ont obtenue. Il y a avait un foisonnement des revendications, donc l’Etat a décidé au cours du forum  social de Grand- Bassam en 2007, d’accéder aux requêtes des fonctionnaires  à travers des  prises de décrets  successives jusqu’en 2009. C’est l’exécution de ces décrets, puisque ces décrets ont entraîné une incidence financière, pour leur application effective, l’Etat s’est vu contraint de négocier avec les fonctionnaires, un paiement partiel. En 2009, l’Etat a payé 50% de ces primes. Il y avait un certain nombre de réformes, certaines ont été agréées par l’Etat, d’autres non », a expliqué  le SG du IFCI. Abonga Jean Yves.

Ce sont les ministères de l’Education Nationale/formation, l’Enseignement supérieur, la Santé, l’Environnement, la Justice et les Transports qui ont été touchés par les décrets 2007 à 2009, relatifs à des indemnités et profil de carrière.

Gnoungo Fanta

Source : rédaction Politikafrique.info

Commentaires Facebook Politik Afrique

comments

EVALUEZ CET ARTICLE
User Rating
0/10
  • tags

ARTICLES DE LA CATEGORIE

Quelque chose à dire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*