Terrorisme : Pression des vengeurs d’Alep sur Vladimir Poutine

Ce 19 décembre restera un lundi noir pour la Russie et l’Allemagne. Les deux pays ont subi ce même jour une attaque meurtrière de mode différent. L’étau se resserre désormais autour de  Vladimir Poutine pour son implication aux côtés de Bachar Al-Assad dans la crise syrienne.
L’ambassadeur russe en Turquie, Andreï Karlov,  a été assassiné à Ankara par un policier turc en civil. Le motif évoqué par le meurtrier est le soutien de la Russie au Président syrien dans la guerre à Alep. Cet acte justifie pour ce suspect une vengeance des morts dans la ville d’Alep, en passe d’être au main du régime syrien.

Pour Palé Dimaté, spécialiste ivoirien des relations internationales, c’est grâce au soutien de Vladimir Poutine que le régime de Bachar Al-Assad tient toujours dans cette crise contre l’opposition rebelle de son pays.

« Ce qui se passe en Syrie n’a pas laissé indifférent la Russie. Vous savez que Moscou a le droit de veto au conseil de sécurité, c’est elle donc  qui maintient Bachar Al-Assad en bloquant les résolutions contre le régime », constate le spécialiste.

A l’en croire, cet assassinat de l’ambassadeur est un appel. « Une façon d’amener la Russie soit à se retirer, soit à prendre des résolutions  contraires à ce qu’elle a prise depuis un bon moment », soutient Palé Dimaté.

L’Ambassadeur russe a reçu plusieurs balles pendant qu’il  prononçait un discours, lors de l’inauguration d’une exposition d’art en Turquie.

Geoffroy Kouao Julien, politologue, enseignant-chercheur indique pour sa part que « La trop grande implication de Moscou dans la crise syrienne au côté du régime de Bachar Al-Assad, l’expose aux risques d’attaques terroristes, tant sur son sol que dans le monde entier où se trouvent ses intérêts » estime-t-il.

Selon lui, Moscou devrait être plus vigilant dorénavant, quand on sait que son intervention est dirigée non seulement contre l’opposition syrienne reconnue et soutenue par l’occident et les groupes terroristes Al-Qaïda.

Et  d’ajouter que «  Vladimir Poutine doit savoir qu’il est l’ennemi des djihadistes ».
Sur une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, on voit le policier suspect, auteur de l’assassinat du diplomate russe crier, «  n’oubliez pas la Syrie, n’oubliez Alep » avant  de crier que « tous ceux qui prennent part à cette tyrannie rendront des comptes, un par un ».

Les autorités de la Turquie ont annoncé une enquête conjointe russo-turque sur cet assassinat.
Le président russe, Vladimir Poutine, a lui indiqué vouloir connaître le commanditaire de ce meurtre.

GNOUNGO Fanta 
Source : Rédaction Politikafrique.info

Commentaires Facebook Politik Afrique

comments

EVALUEZ CET ARTICLE
User Rating
0/10

ARTICLES DE LA CATEGORIE

Quelque chose à dire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*