Trêve sociale- les fonctionnaires restent collés aux stock des arriérés

Les syndicats des fonctionnaires de Côte d’Ivoire restent intransigeants. Pas question pour eux de se défaire des stocks des arriérés, point jugé essentiel resté en suspend lors des discussions avec le gouvernement après leur grève de janvier.

« La plateforme propose au Gouvernement de payer pour l’année 2017, le stock constitué entre 2013 et 2014 et le reste sur une période de 3 ans à compter de 2018. Il faudrait aussi, un échéancier de paiement intégral en numéraire sur 10 mois, pour arriver à la trêve », a fait savoir le samedi 15 avril 2017 Zadi Gnagna, le président de la Plateforme nationale des Organisations professionnelles de Côte d’Ivoire, au cours d’une conférence de presse tenue au siège de la Synacass CI.

Selon lui, jusque-là, dans le cadre des négociations en vue de l’instauration d’une trêve sociale, le gouvernement propose aux fonctionnaires un projet immobilier. « Le Gouvernement a fait une proposition d’un projet immobilier pour l’ensemble des fonctionnaires », révèle-t-il. Mais de son point de vue, c’est un projet « dont l’acceptation vaudra abandon du stock des arriérés par les fonctionnaires aux dires du ministre de la Fonction publique et de la Modernisation de l’administration ».

Pour le président de la PNF, dans ces négociations, il faut rester confiant vis à vis du gouvernement. « L’Assemblée général prévue avant la fin du mois est un instrument de lutte comme les grèves déjà tenues. Il faut savoir embrayer. Comprendre que la négociation est le principe syndical. La grève est l’exception utile quand on nous ferme la porte des discussions. Dans ce contexte, nous attendons une solution conciliante du Président de la République avant le 1er mai, la fête des travailleurs, autrement, l’avenir pourrait-être sombre», termine Zadi Gnagna qui renvoie la balle aux dirigeants ivoiriens.

Toutefois, Zadi Gnagna reste confiant quant à la décision finale du gouvernement. Dans cette même veine, le président de la Plateforme nationale des Organisations professionnelles de Côte d’Ivoire appelle ses camarades y compris les syndicats qui se sont désolidarisés depuis peu, à l’union. « A mes amis partis, je tends la main. Je leur demande de revenir si l’objectif est vraiment de régler les problèmes des fonctionnaires ivoiriens. Il faut dépasser les besoins  personnels et renforcer les rangs de la lutte pour les intérêts de tous les fonctionnaires de Côte d’Ivoire »,
conclu-t-il.

Moïse ACHIRO.
Source : Politikafrique.info

Commentaires Facebook Politik Afrique

comments

EVALUEZ CET ARTICLE
User Rating
0/10

ARTICLES DE LA CATEGORIE

Quelque chose à dire :

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*